Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Palestine
Le Maroc annoncé à Bahreïn pour la présentation du plan Kushner

12.06.2019 à 03 H 58 • Mis à jour le 12.06.2019 à 03 H 58
Par La rédaction

L’Egypte, la Jordanie et le Maroc devraient participer à la conférence à Bahreïn organisé par Washington pour dévoiler les aspects économiques du plan de paix américain destiné à résoudre le conflit israélo-palestinien, selon des déclarations d’un responsable à la Maison Blanche à l’agence AP.


L’évènement devrait avoir les 25 et 26 juin à Manama. Pour AP, les réponses positives des trois pays arabes sont « une victoire diplomatique pour les Etats-Unis qui font face à une vive résistance à leur proposition ». La conférence sera boycottée par les Palestiniens qui ont déjà annoncé qu’ils ne comptaient pas assister à la conférence, rejetant le plan de paix avant même sa présentation.


Concernant les niveaux de représentation, rien n’a été indiqué pour le moment. Les conseillers présidentiels Jared Kushner et Jason Greenblatt ont tenté de convaincre les rois Mohammed VI du Maroc et Abdallah II de Jordanie lors de leur récent périple dans la région, précise AP.


Des propos préalablement démentis par le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, lors d’une conférence de presse conjointe tenue avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian à Rabat. Bourita a précisé que la visite de Kushner au Maroc « a été l’occasion d’un échange de vues sur les questions d’intérêt commun et d’aborder tout ce qui se passe en Afrique du nord », assurant que « les discussions n’ont pas porté sur le plan de paix au Moyen-Orient ».


Concernant la position de Mohammed VI, le roi de Jordanie Abdallah II avait précisé, lors d’une réunion gouvernementale le 3 juin dernier, que la Jordanie rejetait le plan de paix américain, remerciant dans la foulée le roi du Maroc pour son soutien à la position jordanienne. Il avait d’ailleurs ajouté que « la position jordanienne reste similaire à celle du Maroc ».


Des représentants de l’Arabie saoudite, du Qatar et des Emirats arabes unis devraient également être de la partie, selon AP.

Par La rédaction
Le Desk En continu