Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Pakistan
L’homme fort d’Islamabad en visite officielle au Maroc

20.02.2020 à 16 H 09 • Mis à jour le 20.02.2020 à 16 H 09
Par La rédaction

Sur instructions royales, le général de corps d’armée, inspecteur général des FAR, a reçu, jeudi au niveau de l’Etat-Major général des FAR à Rabat, le général Qamar Javed Bajwa, chef d’Etat-major de l’armée de terre du Pakistan.


Les entretiens, qui se sont déroulés en présence de l’Ambassadeur du Pakistan à Rabat, des chefs de bureaux concernés de l’Etat-major général des FAR, des Inspecteurs des Forces royales air et de la Marine royale, ainsi que des membres de la délégation pakistanaise, ont porté sur l’état des lieux des relations de coopération militaire entre les forces armées des deux pays, indique un communiqué de l’État-major


« La coopération militaire entre le Royaume du Maroc et la République Islamique du Pakistan est ponctuée par l’échange de visites de haut responsables », relève la même source, notant que les deux responsables ont examiné les moyens à même d’encourager et d’élargir les perspectives de cette coopération.


Le général Qamar Javed Bajwa, , effectue une visite de travail au Maroc, du 19 au 23 février, à la tête d’une délégation militaire de son pays.


Le programme de la délégation pakistanaise prévoit une visite au Collège royal de l’enseignement militaire supérieur de Kénitra, indique le communiqué.


Les 7 et 8 janvier, députés et sénateurs ont voté à une écrasante majorité la prolongation du mandat du général Qamar Javed Bajwa, chef des armées, pour trois ans. Arrivé au sommet de l’Etat à la fin 2016, le général Bajwa aurait dû ranger l’uniforme en novembre dernier, atteint par la limite d’âge de 59 ans. Mais l’homme fort d’Islamabad, considéré comme l’artisan de l’installation d’Imran Khan, ancienne star nationale de cricket, dans le fauteuil de Premier ministre, en juillet 2018, entend bien continuer de tirer les ficelles du pays. Et tant pis s’il doit, pour cela, tordre le bras des institutions judiciaires, rapporte L’Express.

Par La rédaction
Le Desk En continu