logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Prisons
Programme Moussalaha: 239 détenus bénéficiaires depuis 2017

28.07.2022 à 16 H 16 • Mis à jour le 28.07.2022 à 16 H 16 • Temps de lecture : 2 minutes
Par et

Le Délégué général à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), Mohamed Salah Tamek, a indiqué ce jeudi à Salé, que 17 détenus ont bénéficié du programme Moussalaha (Réconciliation) dans sa 10ème édition, portant à 239 le nombre total des bénéficiaires depuis son lancement en 2017.


S'exprimant lors de la cérémonie de clôture de cette édition qui s'est étalée sur trois mois et demi, Tamek a précisé que 180 parmi ces détenus ont été libérés, dont 137 bénéficiaires d'une grâce royale, en plus de la réduction de la peine au profit de 18 autres, portant le taux des bénéficiaires de la grâce royale à 65 %.


Dans le cadre de l'approche genre, le programme Moussalaha a été étendu pour inclure les femmes détenues en vertu de la loi anti-terroriste, et ce lors de sa 5ème édition qui a profité à dix bénéficiaires sur un total de 13 pensionnaires, soit un taux de participation de plus de 77 %, a-t-il indiqué, soulignant que l'ensemble des bénéficiaires de cette édition spéciale ont été relaxées, dont huit à la faveur d'une grâce royale et deux autres au terme de leurs peines.


Tamek a expliqué que la DGAPR a adopté un nouveau plan de réhabilitation pour la réinsertion des détenus, basé sur l'individualisation des programmes et des activités en la matière, comme le programme Moussalaha dédié au profit des condamnés dans le cadre des affaires d'extrémisme et de terrorisme.


« Le programme a atteint ses objectifs préalablement fixés », s'est-il félicité, soulignant, à cet égard, l'interaction intense et sérieuse des détenus avec toutes les activités programmées.


Le programme a été élaboré et mis en œuvre depuis 2017 par la DGAPR, en s'appuyant sur ses propres ressources et en coopération avec la Rabita Mohammadia des Oulémas, le Conseil national des droits humains (CNDH), et des experts spécialisés.


Il repose sur trois axes principaux : la réconciliation avec soi-même, la réconciliation avec le texte religieux et la réconciliation avec la société.


Pour rappel, Abdelkader Belliraj, arrêté en 2008 et condamné à perpétuité lors de l'un des plus célèbres procès anti-terroristes du Maroc, a bénéficié d'une grâce royale lors d'Aid Al Adha. Sa peine a été réduite à 25 ans de prison ferme, dont 15 ont déjà été purgés.


Cette année, 40 personnes condamnées dans des affaires de terrorisme ont bénéficié de la grâce royale. Il s'agit de 29 personnes graciées à l'occasion d'Aid Al Fitr, et 11 autres lors d'Aid Al Adha.


Cette cérémonie s'est déroulée en présence notamment du secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, du coordonnateur de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, des représentants du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, de la Présidence du ministère public, du CNDH ainsi que des psychologues.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk En continu