S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Economie
Taux directeur de BAM : vers la prolongation du statu quo

22.06.2024 à 12 H 14 • Mis à jour le 22.06.2024 à 12 H 14 • Temps de lecture : 3 minutes
Par

Après avoir maintenu inchangé à 3 % le taux directeur pour la quatrième fois consécutive, le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), dont la deuxième réunion trimestrielle de 2024 est prévue mardi prochain, se dirige vers un nouveau statu quo pour poursuivre notamment le renforcement de l'ancrage des anticipations de l'inflation.


Cette réunion intervient, en effet, dans un contexte marqué par une légère hausse du taux d'inflation et un ralentissement de la croissance du crédit bancaire au secteur non financier.


Selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), l'indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré, en mai dernier, une hausse de 0,4 % par rapport au même mois de l'année 2023. Cette augmentation est la conséquence de la hausse de l'indice des produits non alimentaires de 1,7 % et de la baisse de celui des produits alimentaires de 1,2 %.


De plus, les récentes statistiques monétaires de BAM montrent que la masse monétaire (agrégat M3), chiffrée à 1.769 milliards de dirhams, a été marquée par la décélération de sa croissance annuelle à 4,2 % en avril 2024. Cette évolution est attribuable au ralentissement de la croissance du crédit bancaire au secteur non financier de 3,4 % à 2,7 %, et à la baisse des créances nettes sur l'administration centrale de 0,4 %.


Pour toutes ces raisons, auxquelles s'ajoute le début probable d'un nouveau cycle d'assouplissement monétaire par les principales banques centrales internationales, notamment la Banque centrale européenne (BCE) qui a décidé lors de sa dernière réunion de baisser ses taux directeurs de 25 points de base (pbs), les anticipations des analystes et des professionnels du secteur tablent sur un maintien du taux directeur à son niveau actuel.


Dans ce sens, BMCE Capital Global Research (BKGR) a estimé, dans son récent Flash Strategy, que l'Institut d’émission devrait opter, une nouvelle fois, pour un statu quo lors de sa prochaine réunion trimestrielle.


« Quoiqu'en bonne voie pour envisager l'adoption prochaine d'une politique monétaire davantage dovish (plus accommodante, ndlr), compte tenu de la détente de l'inflation qui continue de s'approcher de son niveau cible de 2 %, la banque centrale devrait, néanmoins, opter une nouvelle fois pour un statu-quo notamment pour se donner le temps de mesurer l'impact de la décompensation partielle du butane sur l'inflation », a précisé BKGR.


Dans la même veine, Attijari Global Research (AGR) a pu relever, dans son Research Report-Strategy, un consensus quasi-unanime des investisseurs au Maroc en faveur d’une stabilité du taux directeur de BAM.


Ainsi, sur la base des résultats du sondage réalisé par la filiale d’Attijariwafa Bank auprès d’un échantillon de 35 investisseurs considérés parmi les plus influents du marché financier, la probabilité d’un statu quo du taux directeur est de 93 % contre 7 % pour une baisse de 25 pbs, tandis que la probabilité d’un relèvement du taux directeur est nulle.


Par catégorie d’investisseurs, l’analyse des réponses obtenues permet de relever que les institutionnels locaux et les acteurs de référence sont unanimes pour le scénario d’une stabilité du taux directeur.


Les investisseurs étrangers accordent, quant à eux, une probabilité de 95 % pour le scénario d’un statu quo du taux directeur contre une probabilité de 5 % pour une baisse de 25 pbs, tandis que les personnes physiques accordent une probabilité de 67 % pour le scenario d’un maintien du taux directeur inchangé contre une probabilité de 33 % pour une baisse de 25 pbs.


Il apparaît que la probabilité d'un maintien du taux directeur de BAM à 3 % est largement prédominante parmi les analystes et les investisseurs, ce qui reflète une confiance généralisée dans la stratégie actuelle de stabilité des prix, malgré les légères fluctuations de l'inflation et le ralentissement de la croissance du crédit bancaire au secteur non financier.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu