Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Trafic portuaire
Taxation carbone : Le président des ports espagnols craint la montée de Tanger-Med

14.01.2022 à 11 H 56 • Mis à jour le 14.01.2022 à 11 H 57
Par

Les réglementations environnementales de l’Union européenne mettent en péril l’avenir des ports espagnols. Álvaro Rodríguez Dapena, qui est président des ports de l’Etat espagnol, a mis en exergue la nécessité de revoir certaines mesures pour empêcher une fuite du trafic des ports ibériques, en particulier celui d’Algésiras, avant la mise en place de la taxation carbone imposée par l’Union Européenne.


Un rapport, préparé à la demande de l’Autorité Portuaire de la baie d’Algésiras et publié en novembre, estime le risque de perdre jusqu’à 60 % des opérations de transbordement de conteneurs du port d’Algésiras au profit de Tanger-Med qui est en concurrence directe et sur lequel ces mesures ne sont pas applicables car ne faisant pas partie de l’U.E. Rodríguez Dapena explique qu’  « il est nécessaire d’éviter les fuites de trafic vers les ports qui n’ont pas ces obligations environnementales », faisant allusion au port de Tanger-Med.


Cela entraînerait une perte de volume d’affaires allant jusqu’à 300 millions d’euros par an, mettant en péril quelques 1 600 emplois directs. Un impact régional indirect pourrait faire perdre jusqu’à 4 200 emplois à Algésiras, selon ledit rapport. Ce dernier englobe les conséquences négatives directes pour l’économie et quantifie également les fuites de CO2 dont l’émission ne cessera pas, mais se déplacera simplement du rivage : 3,2 millions de tonnes de CO2 à Algésiras, soit l’équivalent de 12 % des émissions du transport maritime de conteneurs.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu