logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Transport
Un TGV « Al Boraq » immobilisé deux heures en rase campagne

03.02.2019 à 12 H 17 • Mis à jour le 03.02.2019 à 13 H 11 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

Un train grande vitesse « Al Boraq » est demeuré immobilisé en rase campagne en milieu de journée pendant environ deux heures, rapportent au Desk des voyageurs à bord de cette rame qui avait pris son départ en gare de Rabat-Agdal à 9h50 et dont l’arrivée était prévue à 11h10 en gare de Tanger. Plus de 200 passagers ont été évacués peu avant 13h en gare de Kenitra, assurent les mêmes témoins.


Interrogé par Le Desk, un passager raconte que le train avait marqué un premier léger retard au départ de Rabat. Après son arrêt à Kenitra, le TGV n'a pas pu se lancer à grande vitesse et atteindre comme d'habitude les 320 km/h. Il s'est alors arrêté à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville. Aucune explication n'a été donnée aux voyageurs, "un contrôleur est passé pour dire qu'il y avait un problème de connexion avec le satellite", rapporte notre sourceAucun appel dans les hauts-parleurs du système interne n'est venu rassurer les gens à bord. Finalement un message a été diffusé pour expliquer que ce train allait avoir un retard de 20 minutes du à "un dérangement sur la voie". Sans aucune information donnée et après plus d'une heure, le train a fait marche-arrière et est retourné à Kenitra pour être vidé de ses occupants.


Toujours sans communication officielle, les agents de quai ont informé les passagers de la venue prochaine d'un TGV de remplacement de Rabat. Les passagers ont été alors priés de monter dans ce nouveau train déjà bondé et trouver s'il y avait des places de disponibles, mais sans aucune assistance. De nombreux voyageurs sont restés debout.


Après plus de deux heures de retard, le train a finalement atteint sa destination. Du personnel de l'ONCF a alors indiqué que les billets seront remplacés pour un trajet similaire, mais non remboursés. Aucune communication n'a été assurée, tout a été informel, avec, selon les témoins à bord "un système de haut-parleurs qui diffusaient des informations contradictoires, et qui étaient dépassées toutes les 20 minutes". A cette heure, aucune explication n'a été diffusée par l'ONCF sur les causes de cet incident.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu