Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

UGEP
Abdelilah Hifdi durement recadré après ses propos sur «l’anarchie du transport»

14.12.2018 à 21 H 17 • Mis à jour le 14.12.2018 à 21 H 17
Par Issam El Yadari

L’Union générale des entreprises et des professions (UGEP), représentée par son président, Ahmed Afilal El Alami Idrissi, a durement réagi par voie de communiqué aux déclarations de Abdelilah Hifdi, président de la Fédération nationale du transport (FNT), lors d’un entretien filmé avec Le360.ma.


Ce dernier déplorait l’instauration d’une anarchie dans le secteur du transport depuis sa libéralisation en 2003, avec l’émergence de transporteurs de taille moyenne et petite, non organisés, et l’instauration d’une concurrence déloyale entre opérateurs ayant occasionné une baisse des tarifs dans le secteur.


L’UGEP réplique affirmant avoir mené diverses actions de structuration du secteur à travers deux de ses principales organisations, en l’occurrence la Fédération générale du transport par route et dans les ports et le Syndicat national des transporteurs de marchandises et des grutiers dans les ports marocains.


« Il est regrettable de constater que, malgré les moyens mis à la disposition de la FNT par les autorités publiques pour organiser et structurer le secteur, on constate que ce secteur n’est toujours pas fédéré et que seuls les grands opérateurs du secteur bénéficient de l’attention de la FNT », accuse l’UGEP, faisant ainsi clairement allusion à une utilisation irrationnelle des fonds publics alloués à la Fédération dirigée par Hifdi.


« Lors de la dernière action revendicative menée par les opérateurs du secteur, la FNT a brillé par son absence, car la présentation du cahier revendicatif de la profession au ministre de tutelle n’a été possible que grâce à l’initiative du département de l’Intérieur », reproche l’organisation proche de l’Istiqlal qui souligne l’absence de la FNT à une rencontre décisive avec le département de Abdelouahed Laftit durant laquelle « il a été programmé une série de réunions pour trouver une solution aux maux du secteur et il a été décidé de mettre fin à l’action menée par les opérateurs du secteur ».


« Il est nécessaire que ce secteur vital pour l’économie de notre pays fasse l’objet d’une attention particulière du gouvernement, avec une concertation de TOUS les opérateurs du secteur », conclut le communiqué au ton résolument critique à l’endroit de Hifdi qui lors de sa sortie dans Le360, s’était ainsi adjugé le beau rôle dans la résolution de la crise des transporteurs.

Par Issam El Yadari