Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Sécurité
Alexandre Benalla prépare-t-il son come-back au Maroc ?

13.09.2018 à 14 H 11 • Mis à jour le 13.09.2018 à 22 H 54
Par Issam El Yadari

Licencié par l’Elysée après la polémique de ses violences sur un couple lors d’une manifestation organisée à Paris le 1er mai dernier, Alexandre Benalla envisagerait de s’installer au Maroc, pays d’origine de ses parents.


D’après des informations rapportées par RTL, l’ancien garde du corps du président Emmanuel Macron souhaiterait monter sa propre société de sécurité dans un « pays qu’il connait bien, où il a des attaches familiales et des relations ». Alexandre Benalla, né Marouane, se serait rendu à plusieurs reprises à Rabat « pour nouer des contacts et rencontrer les autorités et ainsi finaliser son projet », assure la même source.


Un retour au Maroc après l’aventure avortée avec Velours ?

En 2015, Africa Intelligence révélait déjà que le spécialiste du conseil en sûreté et du management des risques Velours venait d’ouvrir une filiale au Maroc. L’entreprise française, fondée et dirigée par deux ex-policiers de l’Office central pour la répression du banditisme, Ouali Aberkane (président) et Jean-Maurice Bernard (directeur général), était jusqu’à présent spécialisée dans le marché brésilien, où elle accompagnait des groupes de l’Hexagone. Son antenne marocaine, Velours MENA, était destinée à couvrir l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Le projet était dirigé par José Bouillé (directeur des opérations en France) et… Alexandre Benalla.



Alors conseiller du président de Velours, l’ancien gendarme avait valorisé son expérience de garde du corps d’Arnaud Montebourg lorsqu’il était ministre du redressement productif, après avoir été pendant trois ans officier de sécurité du Parti socialiste français.


Selon une source proche de La République En Marche, Alexandre Benalla cherchait à l’époque des contacts à Marrakech. Il souhaitait proposer ses services à la jet-set qui gravite autour du milieu de la nuit de la ville ocre, précise notre source.


Une société au Maroc dissoute en janvier 2017

Selon les données du registre du commerce marocain consultées par Le Desk, la société constituée à Casablanca avec un capital de départ de 100 000 dirhams avait été dissoute en janvier 2017 pour cause de « cessation d’activité ». Un autre nom apparaissait aux côtés de Benalla et Bouillé en qualité de co-actionnaire : un certain Jaouad Chabbab (à parts égales avec Benalla).



RTL affirme également qu’Alexandre Benalla garde beaucoup de contacts à Paris et multiplie les rendez-vous dans un palace proche de l’Elysée. Ses problèmes avec la justice ne sont pas finis pour autant, l’homme ayant un rendez-vous avec le juge d’instruction le 28 septembre prochain.

Par Issam El Yadari