logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Tendance
Crédit immobilier : l’apport moyen pour l’achat augmente

29.05.2023 à 12 H 11 • Mis à jour le 29.05.2023 à 12 H 11 • Temps de lecture : 2 minutes
Par La Rédaction
Les statistiques d’Afdal.ma révèlent une augmentation de l'apport moyen pour les crédits immobiliers au deuxième trimestre 2023, par rapport aux trimestres précédents. Cette tendance à la hausse s'observe dans toutes les tranches de revenu et peut être interprétée comme un indicateur de la solidité financière des emprunteurs ou des exigences accrues des banques. Toutefois, il convient de veiller à ce que cette augmentation ne soit pas un obstacle à l'accessibilité à la propriété pour les emprunteurs ayant des revenus plus modestes

313 758 dirhams (DH) ! C’est le montant moyen de l’apport pour un crédit immobilier au deuxième trimestre 2023, selon les statistiques fournies par la plateforme d'Afdal.ma. Cette valeur marque une augmentation par rapport aux deux trimestres précédents. Sur les trois premiers mois de l’année, il était légèrement inférieur, s'élevant à 309 408 DH, tandis qu'au quatrième trimestre 2022, il s’est établi à 300 852 DH. L’augmentation progressive de l'apport moyen des emprunteurs peut être le reflet d'une amélioration de leurs capacités financières ou d'une augmentation des exigences des banques.


En analysant les tranches de revenus, des différences considérables se dessinent. Pour les emprunteurs ayant un revenu inférieur à 5 000 DH, l'apport moyen au deuxième trimestre 2023 s'est élevé à 63 094 DH, avec un montant moyen emprunté de 256 000 DH. Cela représente un taux d'apport moyen de 20 %. Bien que ce niveau d'apport ait pratiquement doublé par rapport aux trois mois précédents, il reste inférieur à celui enregistré fin 2022 (76 474 DH).


Pour les emprunteurs dont les revenus se situent entre 10 000 DH et 20 000 DH, l'apport moyen est passé de 144 248 DH à la fin de l'année 2022 à 199 526 DH au premier trimestre 2023, pour atteindre 241 257 DH en avril et mai. Dans cette tranche de revenu, le montant moyen emprunté s'est établi à 749 491 DH, ce qui représente un taux de participation au financement du projet de 24 %.


Dans la tranche de revenu intermédiaire, c'est-à-dire entre 5 000 DH et 10 000 DH, le taux d'apport s'affiche à 16 %. Il est passé de 110 912 DH au premier trimestre à 97 744 DH au deuxième trimestre.


Globalement, un apport plus élevé a généralement pour effet de réduire le montant emprunté, ce qui peut se traduire par des mensualités plus faibles et une réduction du risque d'endettement excessif.


La situation actuelle peut être interprétée comme un signe positif dans la mesure où elle réduit le risque pour les banques et offre une plus grande sécurité financière aux emprunteurs. De plus, cela peut également contribuer à une plus grande stabilité du marché en évitant les situations d'endettement excessif.


Dans le même temps, le contexte peut poser des défis pour certains emprunteurs ayant des ressources limitées. Une exigence d'apport plus élevée risque de rendre l'accessibilité à la propriété plus difficile pour certains segments de la population, en particulier ceux ayant des revenus plus modestes.


Dans ce contexte, il est essentiel de trouver un bon équilibre entre des exigences d'apport raisonnables et la nécessité de favoriser l'accès à la propriété.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
En partenariat avec AFDAL