logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Diplomatie
Imam Iquioussen: le Maroc avait bien délivré le laissez-passer avant de faire volte-face (Document)

31.08.2022 à 17 H 23 • Mis à jour le 31.08.2022 à 17 H 23 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Souleiman Ketti

Le Maroc avait bien accordé le laissez-passer pour l'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen, avant de décider ce mardi soir de le retirer, comme l'ont rapporté diverses sources médiatiques.


Le laissez-passer avait été délivré à travers le consulat général marocain de Lille, le document étant signé par la diplomate Habiba Zemouri. On indique dans le laissez-passer en question que « le Consulat général du Royaume du Maroc à Lille prie les autorités nationales compétentes aux portes frontières de bien vouloir laisser passer la personne titulaire du présent document afin de regagner le Maroc. L'intéressé, sous l'identité ci-après, se déclare être de nationalité marocaine », fait-on savoir.


Laissez-passer délivré le 1er août à l'imam Hassan Iquioussen.


On rappelle que l'intéressé a fait l'objet d'un éloignement du territoire français notifié par la Préfecture du Nord, en France. Le document a une durée de validité de 60 jours, à compter de la date de délivrance fixée au 1er août.


Des informations qui corroborent les révélations faites par la presse française au sujet d'une décision sur laquelle le Maroc est revenue, à l'aune vraisemblablement des derniers développements des relations entre Paris et Rabat, mais aussi en raison de la décision de justice du tribunal administratif de Rabat ayant rejeté l'expulsion, mais qui a été déboutée par la suite par le Conseil d'État français.


Pour rappel, expulsé par le ministre de l'Intérieur français, Gérald Darmanin, en raison des discours jugés rétrogrades et dangereux, l'imam Iquioussen ne détient que la nationalité marocaine, même si né en France, après avoir renié sa nationalité française une fois atteint l'âge de la majorité.


Un volte-face des autorités marocaines ayant poussé l'entourage du ministre de l'Intérieur français à sortir de ses gonds : « Il serait incompréhensible que ce document qui n'a d'autre fonction que d'officialiser la reconnaissance par le Maroc de la nationalité de Hassan Iquioussen soit suspendu. Comment peut-on reconnaître la nationalité d'un de ses ressortissants un jour et ne plus la reconnaître le lendemain ? », affirme-t-on auprès d'Europe 1.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par