logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

MIF
A Marrakech, le nouvel envoyé spécial onusien au Sahara fustige l’autoritarisme

09.04.2017 à 12 H 43 • Mis à jour le 09.04.2017 à 13 H 10 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Issam El Yadari

Horst Köhler, désigné envoyé spécial personnel au Sahara par le secrétaire général de l'ONU, était au Maroc cette fin de semaine. Invité de la Mo Ibrahim Governance Week à Marrakech (MIF 2017), il a consacré le 7 avril son intervention à la notion de « leadership  », fustigeant la tentation de certains régimes à verser dans l'autoritarisme.


« Nous sommes témoins à travers les cultures d'une fascination renouvelée pour l'autoritarisme : l'idée séduisante d'un leader en tant que "Führer", un homme fort qui peut résoudre tous les problèmes tout en prenant tout le pouvoir. Actuellement, en Allemagne, nous avons encore du mal à utiliser le mot allemand "Führer", parce que c'était le titre d'un homme qui a mené le monde dans les années les plus sombres de l'histoire humaine  », a-t-il prévenu.


Ce sont donc des temps ambivalents pour le concept de leadership. « La glorification des dirigeants ne nous aidera pas à résoudre les défis gigantesques de notre présent », a-t-il martelé.


Confiance dans les institutions...

Pour Köhler, « l'érosion de la confiance dans les institutions et les dirigeants publics est (...) l'une des principales causes des problèmes politiques et économiques en Europe, aux États-Unis ou en Afrique. Ce n'est certainement pas un problème mineur. C'est une question de survie pour les démocraties, ou toute société fondée sur les règles, est confrontée à cette question ». « C'est aussi le fondement d'une coopération productive dans la politique internationale », a-t-il lancé.


"Je suis profondément convaincu que l'Agenda pour le Développement Durable des 2030 des Nations Unies et l'Accord de Paris sur le changement climatique sont les cadres politiques les plus importants de ce siècle : ils nous donnent l'orientation dans ces moments confus. Ils sont à la fois une source et un test de leadership. Si nous les prenons au sérieux, à la fois en haut et en bas, une nouvelle confiance peut émerger : faites confiance à l'autre. Ayez confiance dans nos démocraties. Ayez confiance dans le futur", a conclu dans une note d'optimisme l'ancien président allemand qui devra hériter du complexe dossier laissé par Christopher Ross et d'une situation de blocage absolu dans la résolution du conflit au Sahara occidental.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par