S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Espagne-Maroc
Pedro Sánchez appuie la demande de Melilla d’intégrer le Comité des régions de l’UE

10.03.2023 à 15 H 47 • Mis à jour le 10.03.2023 à 15 H 47 • Temps de lecture : 2 minutes
Par Issam El Yadari

Dans une lettre datée du 6 mars, le président du gouvernement espagnol soutient la demande de Melilla d’intégrer le Comité des régions de l’Union européenne, une requête faite par Eduardo de Castro, président de la ville. L’objectif étant d'approfondir le caractère européen de l’enclave espagnole.


« Je vous assure que le gouvernement partage et vous encourage dans l'intérêt de Melilla à parvenir à une plus grande participation et implication dans les institutions de l'Union européenne. Cette présence renforcée de la Ville autonome à Bruxelles doit se traduire non seulement par une meilleure utilisation par Melilla des avantages de l'appartenance à l'UE, mais aussi par une meilleure connaissance des institutions communautaires elles-mêmes, de la réalité et des particularités des deux villes autonomes », a écrit Pedro Sánchez dans sa missive.


« Le gouvernement espagnol offre son soutien et son travail pour que cette possibilité devienne une réalité dès que possible », a-t-il ajouté.



« Nous partageons également votre point de vue selon lequel il serait positif de parvenir à une adéquation institutionnelle qui permettrait une participation plus active au sein du Comité des régions des deux villes autonomes. Nous savons qu'il s'agit d'une revendication de longue date dont la solution reste à esquisser en tenant compte de tous les éléments soulevés dans votre lettre. Je vous remercie donc, d'une manière particulière, des alternatives que vous proposez, qui ouvrent le champ des options », a poursuivi le chef de l’Exécutif espagnol.


« Il faut rappeler que le mandat actuel du Comité des régions se termine en 2025, ce qui marque pour nous l'horizon pour trouver une solution », conclut Sánchez.


Si le « respect mutuel de l’intégrité territoriale des deux pays » avait été évoqué dès la reprise des relations entre Rabat et Madrid après plusieurs mois de crise, Les frontières terrestres avec les deux enclaves espagnoles, Ceuta et Melilla sont toujours fermées malgré les promesses répétées d’ouverture de leurs douanes. Seuls, de nouveaux tests de passages de marchandises ont été menés conjointement par les deux pays qui craignent encore un retour du « commerce atypique » frontalier.


De plus, la Déclaration conjointe récemment signée début février par les deux chefs de gouvernements espagnol et marocain ne mentionne dans aucun de ses 74 points les mots « douanes » ni « frontières » et se contente de mentionner « la pleine normalisation de la circulation des personnes et des marchandises de manière ordonnée ».

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par