Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Justice
Samir : Bras de fer judiciaire entre Carlyle Group et ses assureurs à New York

25.05.2017 à 13 H 31 • Mis à jour le 25.05.2017 à 13 H 32
Par Reuters

La firme de capital-investissement américaine Carlyle Group poursuit devant un tribunal de New York un pool de ses assureurs en raison de la perte de plus de 400 millions de dollars de pétrole due à la faillite il y a deux ans de la raffinerie Samir à révélé le 22 mai Reuters citant des documents judiciaires.


Il s’agit de souscriptions d’assurance auprès d’un syndicat mené par Mitsui Sumitomo Insurance (rebaptisée depuis MS Amlin) qui a renié ses obligations en refusant de couvrir les pertes, selon ces documents.


Les assureurs ont déclaré en réplique qu’en raison de « la nature des relations de Carlyle avec Samir (…) ses pertes ne sont pas couvertes par le type d’assurance souscrites », ajoutant que « Carlyle ne les a pas alertés assez tôt sur les problèmes financiers encourus ».


Carlyle Commodity Management, une filiale de Carlyle Group, anciennement appelée Vermillion Asset Management, a déclaré au tribunal détenir environ 7 millions de barils de pétrole stockés à la Samir. Carlyle affirme de plus qu’ en 2015, la Samir a vidé les citernes sans son consentement.


Carlyle a déposé la première demande de couverture à ses assureurs en janvier 2016 en concluant que le pétrole ne pouvait être récupéré.


À la fin de février de cette année, les assureurs de Carlyle ont refusé toute couverture, poussant Carlyle à lancer un procès début mars, selon les documents judiciaires. Le litige est toujours en cours.


Dans leur réponse à la requête de Carlyle les assureurs ont déclaré que la position de Carlyle par rapport à la Samir était en tant que prêteur et non comme fournisseur de pétrole puisque le groupe n’a jamais réellement été en possession du pétrole prétendument détourné.


« Étant donné que les transactions étaient des financements plutôt que des ventes réelles de produits et que Carlyle n’a pas pris possession de la marchandise, la perte prétendument subie par Carlyle était une perte de crédit non assurée », ont déclaré les assureurs dans une réponse déposée fin avril à un tribunal de New York.

Par Reuters