Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Covid-19: Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,98

02.03.2021 à 17 H 28 • Mis à jour le 02.03.2021 à 17 H 28
Par La rédaction
Le Maroc a reçu jusqu'à hier le 5 ème lot de vaccins, ce qui porte à 8 millions le nombre de doses acquises par le Royaume (7 millions AstraZeneca et 1 million Sinopharm)

Le taux de reproduction (R0) de la Covid-19 se stabilisait à 0,98, dimanche dernier, a annoncé mardi le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies, Abdelkrim Meziane Bellefquih.


Pour la quinzième semaine consécutive, le taux de reproduction de la Covid-19 est resté en dessous de 1 %, s’est félicité Meziane Bellefquih qui présentait le bilan bimensuel relatif à la situation épidémiologique.


Au 2 mars, le nombre total des cas enregistrés depuis le début de la pandémie a atteint 483.766, soit un taux d’incidence cumulé de 1 330,8 pour 100 000 habitants, a-t-il poursuivi.


Le nombre de décès enregistré au niveau national a baissé de 10,4 %, s’établissant à 8 630, soit un taux de létalité d’environ 1,8 %, contre un taux mondial de 2,2 %, a-t-il relevé, rappelant que le Maroc est classé 37ème mondial et 3ème en Afrique en ce qui concerne le nombre de décès.


Meziane Bellefquih a souligné que le taux de guérison a atteint près de 97 %, avec un total de 469.345 personnes guéries.


« Aujourd’hui, la pandémie est sous contrôle, et les chiffres de la situation épidémiologiques sont en constante amélioration », a-t-il souligné, notant toutefois que « la vigilance doit rester de mise et les mesures restrictives qui nous ont permis de contrôler la pandémie doivent être respectées ».


Pour la 15 ème semaine consécutive, le nombre de cas positifs continue de baisser, a ajouté M. Bellefquih, faisant état d’une baisse de -6 %.


Cette baisse concerne six régions du Royaume, à savoir Rabat-salé-kénitra (-28 %), Laayoune-Sakia-El Hamra (-33 %), Guelmim-Oued Noun (-38 %), Souss-Massa (-31 %), Daraâ-Tafilalet (-28,6 %) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (-17 %). En revanche, le nombre des cas positifs a évolué en hausse dans 5 régions, à savoir l’Oriental (2,4 %), Fès-Meknès (13,3 %), Marrakech-Safi (1,5 %), Casablanca-Settat (0,4 %) et Béni Mellal-Khénifra (2,3 %). La situation au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab est restée inchangée.


En outre, le responsable a fait état de la baisse significative (-45 %) du nombre de cas actifs, passant de 10 555 cas il y a deux semaines à 5 734 lundi. Les cas sévères ou critiques ont pour leur part diminué de 15,6 % dans les deux dernières semaines, passant de 467 à 394.


Le taux de contamination hebdomadaire pour 100 000 habitants a atteint 6,9 % la semaine écoulée, contre 8,6 % début janvier.


L’amélioration des indicateurs de la situation épidémiologique est le résultat des mesures restrictives mises en place par les autorités et de l’adhésion et l’implication des citoyens dans l’application de ces mesures, a-t-il expliqué.


Revenant sur la campagne nationale de vaccination, Bellefquih a relevé que l’opération se déroule dans de bonnes conditions, faisant savoir que le Maroc a reçu jusqu’à hier le 5 ème lot de vaccins, ce qui porte à 8 millions le nombre de doses acquises par le Royaume (7 millions Astra Zeneca/1 million Sinopharm).


Un mois après le lancement de la campagne, quelque 3.568.670 personnes ont reçu la première dose du vaccin, tandis que la deuxième dose a été administrée à 232 980 bénéficiaires.


Bellefquih a, également, rappelé que la campagne de vaccination a été élargie pour bénéficier aux 60-64 ans ainsi qu’aux personnes atteintes de maladies chroniques et qui bénéficient de régimes de couverture médiale obligatoire (CNOPS, CNSS) et du RAMED, mettant en avant le lancement et l’institutionnalisation de l’observation des nouvelles souches du virus dans le cadre d’un Consortium de laboratoires, pour l’identification des variants de SARS-CoV2 circulant au Maroc.


Par ailleurs, Meziane Bellefquih a passé en revue les trois phases épidémiologiques qu’a traversées le Maroc, expliquant que la première phase (1er mars 2020 à avril 2020) a été marquée par l’enregistrement des premiers cas et la mise en place des premières mesures restrictives, dont la suspension des liaisons aériennes, la fermeture des frontières et le début de la période du confinement.


La deuxième phase (avril 2020 à juillet 2020), a-t-il indiqué, a vu l’enregistrement de cas locaux isolés et une propagation limitée du virus, avant l’apparition de foyers épidémiologiques familiaux et professionnels, ce qui a conduit à la prolongation du confinement pour plus de 100 jours.


La 3ème phase, qui s’étend de juillet 2020 à ce jour, a été marquée par une large propagation de l’épidémie, parallèlement à l’allègement progressif du confinement.


« En effet, plus de 90 % de l’ensemble des cas enregistrés au Maroc ont été recensés durant cette période, notamment lors du pic épidémique observé à la mi-novembre 2020 », a-t-il expliqué.


Sur le plan mondial, le nombre de cas positifs s’est élevé, jusqu’à lundi, à 114 821 228, soit un taux d’incidence cumulé de 1 473 pour 100 000 habitants.


Le nombre de décès enregistré s’est établi à 2 545 365, soit un taux de létalité de 2,2 %, a indiqué le responsable, relevant que le nombre de personnes guéries a atteint 90 405 733, soit un taux de guérison de 78,7 %.

Par @MarocAmar
Le Desk Newsroom