Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

En Algérie, le Hirak mis en stand-by par le coronavirus

18.03.2020 à 01 H 18 • Mis à jour le 18.03.2020 à 01 H 18
Par La rédaction

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a décrété mardi l’interdiction des rassemblements et des marches pour lutter contre le nouveau coronavirus en Algérie, pays secoué par un mouvement de contestation inédit contre le pouvoir.


« L’épidémie qui se propage est une question sécuritaire et sanitaire nationale qui impose une restriction de certaines libertés temporairement », a déclaré M. Tebboune dans un discours télévisé, en annonçant l’interdiction des rassemblements « quelles qu’en soient leurs formes et nature ».


« Autant l’Etat est soucieux du respect des libertés et des droits, autant il est responsable de la protection des personnes et des biens », a-t-il poursuivi.


De fait, face à la propagation du virus, les appels à suspendre les rassemblements de contestation s’étaient multipliés ces dernier jours et plusieurs mouvements d’opposition ainsi que les associations étudiantes ont annoncé suspendre leur participation aux manifestations après un an de mobilisation ininterrompue.


Tebboune a également annoncé la fermeture des frontières terrestres et la suspension de toutes les liaisons aériennes et maritimes avec l’extérieur, à l’exception des transports de marchandises.


Le Premier ministre Abdelaziz Djerad avait auparavant annoncé que l’Algérie et la Tunisie avaient convenu, d’un commun accord, de la « fermeture temporaire », à partir de mardi, de la frontière terrestre entre les deux voisins.


« Cette mesure tout à fait exceptionnelle et temporaire, qui prend effet à partir de ce jour, n’affectera nullement l’esprit d’amitié et de fraternité entre les peuples algérien et tunisien », a expliqué un communiqué de ses services.


Dans un discours qui a duré près d’un quart d’heure, le président Tebboune a exhorté les Algériens à « s’impliquer pleinement dans la lutte contre la propagation de la maladie ».


« L’Etat ne peut pas enrayer cette épidémie si le citoyen ne respecte pas les mesures préventives décidées par le ministère de la Santé », a-t-il plaidé.


Le président algérien a promis des sanctions contre toute personne qui diffuserait de fausses informations relatives au Covid-19 sur les réseaux sociaux « dans le but de semer la panique ».


S’efforçant de rassurer, Tebboune –  qui n’a pas évoqué de confinement pour le moment -a précisé que l’Algérie avait les moyens de faire face à la pandémie. « Actuellement, nous avons en stock 6 000 tests (de depistage) et 15 000 autres sont sur le point d’êtres acquis. Nous avons plus de 2 500 lits de réanimation et nous pouvons augmenter ce nombre à 6 000 », a-t-il assuré.


L’Algérie s’est également résolue mardi à fermer toutes les mosquées et les lieux de culte du pays et à interdire les prières collectives pour lutter contre la pandémie, après des hésitations des autorités suscitant les critiques.


Cinq décès ont été enregistrés jusqu’à présent en Algérie en raison du nouveau coronavirus, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié mardi matin.


A ce jour, 60 cas de la maladie Covid-19 ont été confirmés.


SUIVEZ NOTRE LIVE SUR LA CRISE DU CORONAVIRUS AU MAROC ET DANS LE MONDE >                   >                   >                   >                    ICI



©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @MarocAmar
Le Desk Newsroom