Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

SociétéAux Etats-Unis, des milliers de mineures violées et mariées de force

31.05.2017 à 12 H 02 • Mis à jour le 31.05.2017 à 16 H 55
Par
En Floride, une fillette de 11 ans a été forcée d'épouser son violeur qui l'a mise enceinte, un cas loin d'être isolé qui montre que le phénomène n'est pas l'exclusivité des sociétés de pays en voie de développement

Pour la plupart des occidentaux, les mariages de mineur-e-s et les mariages forcés font partie de la culture de pays autres que le leur. Voir une petite fille mariée de force dans ces pays où les droits de l’Homme et ceux de l’Enfant sont particulièrement sacralisés, est souvent pris pour impensable. Et pourtant…


Aux États-Unis, nombre de jeunes de moins de 18 ans sont mariés chaque année, souvent pour cacher des viols passés…  et futurs, car c’est l’un des seuls moyens de contourner les poursuites judiciaires liées à la majorité sexuelle de l’enfant, rapporte le New York Times.


En Floride, une fillette de 11 ans a été forcée d’épouser son violeur, de 9 ans son aîné, qui l’avait mise enceinte. Et ce cas est loin d’être isolé, décrit le quotidien américain.


Plus de la moitié des États fédéraux n’imposent pas d’âge minimum. En dessous de 15 ans, l’accord d’un juge est nécessaire. En dessous de 18 ans, le consentement de l’un des deux parents suffit.



Slate qui a repéré l’article du New York Times, note qu’aux Etats-Unis, environ 200 000 jeunes de moins de 18 ans sont mariés chaque année, souvent pour cacher des viols passés.


Aux États-Unis, les opposants aux lois qui visent à relever l’âge minimum légal pour se marier estiment que cela augmenterait les naissances hors-mariage et soulignent que « beaucoup de ces unions se font dans le consentement mutuel des époux ».



L’association Unchained at Last n’est pas tout à fait d’accord… Pour ses représentants, c’est précisément car les enfants sont jeunes qu’ils ou elles ont peur de résister à la pression familiale. De fait, la plupart des mariages de mineur-e-s cacheraient des unions forcées.



Idem en France, le procureur de la république peut accorder « des dispenses d’âge pour des motifs graves » (par motifs graves, on entend le plus souvent grossesse de la future épouse) et l’un des deux parents doit donner son autorisation pour qu’une mineure puisse se marier.


Plus de 700 millions de femmes en vie aujourd’hui ont été mariées de manière plus ou moins formelle avant l’âge de 18 ans. Selon l’association Filles, pas épouses, dans les pays en développement, cela représente une fille sur trois. À l’échelle de la planète, le phénomène concerne 15 millions de femmes par an. Mais lorsque les mariages forcés aux États-Unis ou en France sont abordés, c’est souvent sous l’angle des populations immigrées, même sur les sites de l’Observatoire national des violences faites aux femmes ou d’associations qui militent contre les mariages forcés, note Slate.


L’article du New York Times « ouvre un débat important. Ce que les Occidentaux considèrent comme des abus contre les droits de l’Homme en Afrique ou en Asie, le tolèrent-ils sur leur territoire au nom du respect des traditions culturelles de chacun ? », conclut  Slate. 

Par
Le Desk Newsroom