Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

MigrantsRéfugiés syriens à Figuig : l’Algérie répond favorablement au HCR

01.06.2017 à 16 H 01 • Mis à jour le 01.06.2017 à 18 H 09
Par
Les 41 réfugiés syriens, dont une femme enceinte et des enfants, se verront assurer leur hébergement, prodiguer les soins nécessaires et pourront, si tel est leur souhait, rejoindre d’autres membres de leurs familles dans le cadre d’un regroupement familial dans d’autres pays

L’Algérie a décidé d’accueillir à ​« ​titre humanitaire​ » le groupe de ressortissants syriens bloqués au Maroc depuis avril dernier, a annoncé ce jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères cité par l’agence officielle.


Lire notre éditorial : Notre devoir est d’accueillir les réfugiés syriens avec humanité


« Le représentant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Hamdi Boukhari, a été reçu ce jour au ministère des Affaires étrangères où il a été informé de la décision des plus hautes autorités algériennes d’accueillir, à titre humanitaire, sur son territoire, le groupe de ressortissants syriens, dont une femme enceinte et des enfants, qui se trouve bloqué, depuis le 17 avril dernier à Figuig en territoire marocain », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.


Lire aussi : En plein désert, des réfugiés syriens ballotés entre le Maroc et l’Algérie dans le dénuement le plus total


Les 41 réfugiés syriens, dont une femme enceinte et des enfants, se verront assurer leur hébergement, prodiguer les soins nécessaires et pourront, si tel est leur souhait, rejoindre d’autres membres de leurs familles dans le cadre d’un regroupement familial dans d’autres pays, a indiqué la même source.


Le HCR avait appelé mercredi l’Algérie et le Maroc à « agir rapidement pour faciliter le passage immédiat et sécurisé des quarante-et-un réfugiés syriens vulnérables – dont des enfants, des bébés et des femmes, y compris au moins une femme enceinte ayant d’urgence besoin d’une césarienne. C’est une question de vie et de mort pour cette femme et son enfant à naître ».

Par
En partenariat avec TSA
Le Desk Newsroom