Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Hirak Touria Lahrech, conseillère CDT, exige la libération des détenus face à un Laftit impassible

07.06.2017 à 12 H 02 • Mis à jour le 07.06.2017 à 12 H 36
Par
Touria Lahrech, conseillère CDT à la Chambre des conseillers, a fait une sortie remarquée hier face au ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit. Une tonalité que l’on retrouve dans le communiqué de l’Istiqlal et à travers les positions des groupes parlementaires PAM et PJD qui exigent tous une relaxe inconditionnelle des détenus du Hirak pour ouvrir le dialogue

Moment politique fort qui a fait le tour des réseaux sociaux : Touria Lahrech a par une longue tirade, noyé de reproches le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit lors de son passage au parlement pour s’expliquer sur la situation sécuritaire délétère que connaît la région d’Al Hoceima. La conseillère de la Confédération démocratique du travail (CDT) a réclamé avec des mots durs, la « libération immédiate » des détenus du Hirak devant un Laftit impassible, menton sur le poing.


« Que se passe-t-il vraiment au Maroc, pour que vous accusiez ces jeunes de non-loyauté envers le pays et le roi ? Non, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond », a-t-elle martelé.



Hier, le parti de l’Istiqlal rendait public un communiqué dans lequel il clarifie le fait que les instances centrales du parti soutiennent les positions des antennes locales à Al Hoceima et dans la région. Le texte rédigé sous la forme d’un réquisitoire marque sa totale solidarité avec le mouvement populaire et fustige la gestion de la crise, mouvante et hésitante, du gouvernement pour réclamer sans condition la mise en liberté des membres du Hirak.


Une position partagée dans l’Hémicycle par les groupes parlementaires du PJD et du PAM qui ont estimé que la relaxe des activistes était « une condition préalable à l’ouverture du dialogue ».

Par
Le Desk Newsroom