Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Cyber-sécuritéDes hackers marocains ont tenté de pirater des systèmes américains sensibles

19.06.2017 à 20 H 34 • Mis à jour le 19.06.2017 à 20 H 35
Par
Les pirates informatiques s’employaient entre autres à trouver un moyen de se glisser dans des réseaux gouvernementaux sensibles, y compris les systèmes de vote de l'État de Floride

Deux mois avant l’élection présidentielle américaine, des pirates informatiques marocains se sont glissé dans les systèmes informatiques d’au moins quatre réseaux de districts scolaires en Floride dans l’espoir de voler les données personnelles de centaines de milliers d’étudiants, rapporte le Miami Herald.


L’article relevé par Yabiladi explique que les hackers ont infecté les systèmes avec des logiciels malveillants qui ont désactivé les systèmes de défense de leurs cibles, selon United Data Technologies (UDT), la société de cyber-sécurité qui a enquêté sur les incidents.


Pendant trois mois, les pirates ont sondé les systèmes, les cartographiant et testant leurs défenses. À un moment donné, ils ont même publié des photos de accoutré comme un combattant de l’Etat islamique sur deux sites Web du district scolaire.


A la recherche de portes dérobées… 

Ils ne cherchaient pas seulement les noms des enfants et les numéros de sécurité sociale importants, a révélé UDT. Les pirates informatiques s’employaient également à trouver un moyen de se glisser dans d’autres systèmes gouvernementaux sensibles, y compris les systèmes de vote de l’État.


Les pirates informatiques marocains n’ont jamais pu mettre la main sur les données personnelles qu’ils auraient pu utiliser avec retardement pour brouiller toutes les pistes. La tentative de hacking a cependant mis en évidence les vulnérabilités des réseaux scolaires de Floride : de vastes systèmes informatiques qui stockent des informations sensibles sur des milliers d’étudiants et leurs parents, et pourraient potentiellement constituer une porte dérobée dans d’autres systèmes gouvernementaux.


Aux Etats-Unis le piratage russe présumé lors des élections américaines et le flux constant de violations des données de nombreuses constituent aujourd’hui une obsession nationale, conclut le journal local de Miami : l’affaire des hackers marocains ne fait que l’enfler au-delà des suspicions sur Moscou, même si les pirates n’ont aucun lien avec l’Etat ou une quelconque organisation gouvernementale marocaine estiment les experts.

Par
Le Desk Newsroom