Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Parution

« Cintra » de Hassan Aourid explore la mémoire collective du Maroc

19.01.2017 à 17 H 28 • Mis à jour le 19.01.2017 à 17 H 28
Par
C’est un roman sur l’Andalousie sublimée où Musulmans, Juifs et Chrétiens vivaient en harmonie racontée à une époque contemporaine où cet héritage en terre marocaine à pâti des sursauts de l’Histoire moderne

Le roman Cintra de l’écrivain Hassan Aourid, paru en mars 2016 et présenté mercredi soir au Musée du patrimoine judéo-marocain de Casablanca, n’est autre que la consécration d’un voyage créatif dans la mémoire collective d’un Maroc pluriel.


L’ouvrage de 285 pages constitue une compilation des événements, des lieux et de personnages ayant marqué de leur empreinte indélébile l’histoire du Maroc et jette la lumière sur une nouvelle génération qui se veut un trait d’union entre le présent et l’avenir et s’érige comme étant une passerelle et une transition d’un temps à un autre.


Des figures historiques convoquées

Riche en événements historiques et culturels, le dernier opus de Hassan Aourid repose sur une série de circonstances qui placent le personnage principal, Omar Benmansour, face à des personnes célèbres, dont Abdelkhalek Torres, Abdessamad Kenfaoui, Mehdi Ben Barka et le groupe Nass El Ghiwane. Il ne s’agit pas uniquement d’une interaction avec la mémoire marocaine, mais plutôt « d’un voyage dans le temps ».


S’exprimant à propos de ce roman, son auteur, Hassan Aourid, s’est dit « très fier » de le présenter dans l’enceinte de ce Musée qui retrace une grande partie de la mémoire nationale, en particulier celle de feu Simon Lévy avec lequel il entretenait une relation profonde.


Hassan Aourid lors d'une séance de dédicace de son ouvrage Cintra. AIC PRESS


Il a souligné, lors de cette rencontre de présentation, organisée par la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, l’interactivité qui a toujours prévalu et caractérisé les relations entre Juifs et Musulmans, une vie sociale entre les deux parties ayant désormais subi les répercussions des événements issus du conflit au Proche-Orient et contraint naguère les Juifs marocains à plier bagages pour des « considérations idéologiques ».


La dimension judaïque du patrimoine

Aourid a, en outre, mis en exergue la dimension judaïque qui, selon lui, ne se limite pas uniquement aux seules adeptes de la religion juive, mais constitue bel et bien un patrimoine de l’ensemble des Marocains.


Cintra, a-t-il expliqué, s’articule autour d’une idée phare qui est celle de l’Andalousie à travers le personnage principal (Omar Benmansour), employé de l’Administration coloniale et marié à une juive marocaine. D’autant plus qu’il croyait qu’il serait en mesure, d’après sa référence, de transcender les différends d’ordre culturel, avant qu’il ne soit heurté, déçu et victime de la conjoncture internationale qui, enfin de compte, a réussi à briser ces compromis escomptés.


Aourid a rappelé que, durant cette période, plusieurs Marocains musulmans étaient mariés avec des Juives marocaines, dont la plupart de ces dernières ont conservé leur foi et d’autres se sont converties à la religion musulmane.


Un rappel solennel de cette “concorde” 

Dans ce sens, l’auteur du roman a rappelé le Congrès, qui s’est déroulé en janvier 2016 à Marrakech sur les droits des minorités religieuses en terre d’islam, qui avait été marqué par un message royal, dans lequel le Souverain avait affirmé « qu’au cours de son histoire, le Maroc a connu un modèle civilisationnel singulier de coexistence et d’interaction entre les Musulmans et les adeptes d’autres religions, notamment les Juifs et les Chrétiens ».


« Parmi les pans lumineux de l’histoire de cette concorde s’affirme la civilisation maroco-andalouse issue de cette convergence inter-religieuse. En effet, commerces, arts se sont développés entre ces communautés qui partageaient aussi les fruits de la sagesse, de la philosophie et des sciences », avait souligné Mohammed VI.


L’écrivain et chercheur, Hassan Aourid, natif d’Errachidia en 1962, a, à son actif plusieurs romans et ouvrages. Professeur de sciences politiques à l’Université Mohammed V de Rabat, il a fait ses premières classes au Collège royal de Rabat aux côtés de Mohammed VI dont il a été le porte-parole avant d’occuper d’autres fonctions officielles.


Cintra, de Hassan Aourid, 285p, Ed. Tusna


Avec MAP

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture