logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Culture

Isabella Kelly: « Otium Festival n’est que le début de l’aventure Kingdom Of Mind au Maroc »

26.05.2023 à 13 H 37 • Mis à jour le 26.05.2023 à 14 H 07 • Temps de lecture : 6 minutes
Par
L'agence américaine Kingdom Of Mind a précédemment levé le voile sur le festival Otium, qui se tiendra à Taghazout les 9 et 10 juin. Le Desk a interviewé Isabella Kelly, la fondatrice de l'agence américaine l'événementiel.

Le Desk révélait en février dernier que l'agence américaine basée à Los Angeles Kingdom Of Mind (KOM), s’est installée au Maroc via une filiale logée à Casablanca. Quelques jours plus tard, KOM a levé le voile sur son premier projet au royaume, un festival de musique électronique.


Otium Festival se tiendra à Taghazout Bay les 9 et 10 juin prochains avec un programme prometteur, grâce notamment à sa line-up qui connaît la présence d’artistes du monde entier, comme la légende italienne Marco Carola et l’Allemande Lilly Palmer, suivie par plus d’un million de followers sur Instagram. En plus de ces deux headliners, le programme inclut des artistes marocains comme Kawtar Sadik et Simo Jettou.


Dans une interview exclusive, Isabella Kelly, la fondatrice de KOM explique au Desk en quoi Otium Festival sera différent, grâce en partie à son cadre qui met en valeur la richesse culturelle du Maroc, selon la spécialiste en organisation de festivals.


Le Desk : Comment décririez-vous votre agence et en quoi vous-vous démarquez de la concurrence ?

Isabella Kelly : Chez Kingdom of Mind, nous appliquons une approche de gestion de projet à la création d'expériences. Cette discipline nous permet d'atteindre nos objectifs et de gérer le projet dans les limites de coût, de calendrier et de périmètre, tout en identifiant, surveillant et répondant aux risques. Nous croyons en la puissance de l'expérience en direct et nous nous engageons à créer des moments de connexion et de joie pour les amoureux de musique.


Vous vous ouvrez sur le marché africain, pourquoi le Maroc ?

Je suis tombé amoureuse du Maroc - de la gentillesse et de l'humanité des gens, de la créativité et de la richesse culturelle, et de la beauté du pays. J'ai été inspirée pour créer le Festival Otium avec Ismail Boudrar (l'un des organisateurs et producteur du festival ndlr). Nous croyons que l'expérience que nous créons, associée à la sensation de quitter son domicile pour être plongé dans un nouveau monde, Taghazout Bay, créera un week-end d'aventure inoubliable. D'un point de vue commercial, nous avons eu la chance de recevoir le soutien des parties prenantes, des partenaires et des organismes gouvernementaux, y compris Visit Morocco (ONMT) et la Wilaya d'Agadir. De plus, l'infrastructure touristique existante et les normes élevées en matière d'accueil ont fait du Maroc l'endroit idéal pour accueillir à la fois les touristes nationaux et internationaux du festival.


Le choix de Taghazout pour Otium, comment ça s’est fait ?

Il nous a fallu beaucoup de temps pour décider où nous voulions organiser cette expérience. Il devait s'agir d'un lieu incarnant les mêmes valeurs que les nôtres. Nous recherchions un endroit qui offre de l'aventure, de l'hospitalité et qui mette en valeur la richesse culturelle du Maroc. Ismail a grandi en surfant à Taghazout Bay. Nous voulons que des personnes du monde entier et de tout le Maroc découvrent cette région et rendent leur expérience inoubliable en y faisant venir les meilleurs artistes, dont beaucoup viennent au Maroc pour la première fois.


Le festival sera-t-il annuel ?

Absolument. Ce n'est que le début. Nous continuerons à développer l'expérience Otium chaque année. Plus de scènes, étaler le festival sur trois jours, et nous ferons venir davantage d'artistes au Maroc qui n'ont jamais joué dans le pays, ainsi que de nouveaux talents marocains chaque année. Nous sommes déterminés à attirer des gens à Taghazout Bay et à faire découvrir cette région à la fois aux amateurs de musique internationaux et marocains.


Comment s'est déroulé le processus d'autorisation ?

Notre projet est en ligne avec l'objectif national d'étendre le tourisme au Maroc. Nous avons préparé des plans d'affaires, des études et des livrables de gestion de projet, mais surtout, nous sommes venus à chaque réunion prêts à écouter et à apprendre des experts en la matière ici au Maroc. Cette collaboration a conduit à une merveilleuse relation de travail avec les autorités, et nous avons la chance d'avoir leur soutien pour donner vie au projet Otium.


Otium a été annoncé en février dernier et se déroulera 4 mois plus tard. N'est-ce pas un peu juste pour organiser un tel événement ?

Nous avons la chance d'avoir une équipe dévouée, déterminée et efficace qui a rendu Otium possible. Nous sommes au Maroc depuis une bonne partie de l'année 2023 pour régler la logistique et nous planifions le festival depuis près d'un an. Nous avons appliqué une approche de gestion de projet pour maintenir le projet sur la bonne voie et nous sommes engagés dans cette mission depuis le premier jour. Cela nous a permis de trouver des solutions face aux obstacles et nous avons la niya !


Comment percevez-vous la scène de la musique électronique au Maroc ?

Nous considérons que la scène de la musique électronique est en plein essor. L'enthousiasme et l'amour pour la musique électronique au Maroc nous ont clairement montré que c'est le meilleur endroit pour accueillir Otium. C'est un événement qui n'aurait pu avoir lieu dans aucun autre pays et qui est spécialement conçu pour le Maroc. Nous avons suivi cet amour pour la musique électronique au fil des années. Depuis 2015 avec Avicii, il y a eu au moins une tête d'affiche électronique à Mawazine. Nous reconnaissons également la présence de sociétés marocaines de billetterie qui rendent possible la croissance de la scène électronique et ont accéléré le développement de l'économie de l'expérience au Maroc. Nous sommes très fiers de faire partie de cette histoire globale.


Que va apporter Otium à cette scène où les festivals s'enchaînent ?

À Otium, nous anticipons les besoins de la communauté - tout, de se rendre au festival facilement, aux indications sur place, à la communication avant le spectacle, bien sûr la musique sensationnelle, la nourriture et l'hospitalité. Nous apporterons une logistique rigoureuse, des normes de qualité universelles pour tous nos projets dans le monde entier. Nous apportons une production énorme - le type de scène qui n'a jamais été vu au Maroc et qui est spécialement conçue pour la musique électronique - lasers, lumières, vidéos, tout ça. Pouvoir accueillir cette expérience sur la plage de Taghazout est également un élément clé du festival. Nous avons eu la chance de recevoir le soutien des autorités locales et des parties prenantes. Leur confiance a rendu cette vision possible, et nous croyons que se trouver sur la plage de Taghazout ne fera qu'améliorer la production et l'ambiance générale.


Quelle est la logique derrière la sélection des artistes pour la line-up ?

Lorsque nous avons composé la line-up, nous avons équilibré les artistes qui sont des légendes établies avec ceux que nous considérons comme l'avenir de la musique électronique. Le style de musique comprend de la House, de la Techno, de l'Afro-house et de la House inspirée de la musique latine. Nous avons également sélectionné des artistes engagés auprès de leur communauté et partageant la même mission que le festival - unir les gens à travers la musique.


Avez-vous rencontré des difficultés pour booker des artistes pendant cette période ?

Booker des artistes qui sont au sommet de leur art présente toujours un défi. Ils n'ont que peu de jours dans l'année, en particulier les week-ends, et sont très demandés. Une autre exigence pour nous était que bon nombre des artistes devaient être nouveaux au Maroc et prêts à faire leurs débuts ici. Nous avons fini par avoir une programmation d'artistes enthousiastes à l'idée de venir au Maroc et alignés sur nos valeurs de rassembler une communauté à travers la musique.


Otium sera-t-il votre seul projet au Maroc ?

Otium marque le début d'une nouvelle aventure pour nous. Nous prévoyons d'avoir de nombreux autres projets au Maroc et nous sommes reconnaissants de l'accueil chaleureux et du soutien que nous ont offerts nos partenaires marocains pour rendre possible notre première introduction sur le marché.

culture - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture