S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Festival

Jazzablanca annonce une 1ère partie de sa programmation, Mika et Beth Hart attendus

18.03.2023 à 12 H 10 • Mis à jour le 18.03.2023 à 18 H 11 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Le festival Jazzablanca vient d'annoncer ce samedi les six premiers artistes qui se produiront du 22 au 24 juin prochain. Au menu, le chanteur Mika, Sona Jobarteh, Kamaal Williams ou encore Berth Hart. Les détails

Dans un communiqué diffusé ce samedi, le festival Jazzablanca, ayant lieu du 22 au 24 juin 2023, annonce une première partie de sa programmation. Il s’agit des six premiers artistes qui feront virer les deux scènes d’Anfa Park.


« Le blues-rock envoûtant de Beth Hart, la pop excentrique de Mika, la musique ancestrale de l'Afrique de l'Ouest avec la reine de la kora gambienne Sona Jobarteh, le jazz funk electro de Kamaal Williams, le jazz marocain aux accents orientaux du quartet d’Ismail Sentissi et l'afro-funk de Gyedu-Blay Ambolley, maître incontesté du highlife », souligne-t-on.


On ajoute que le 23 juin, « la reine du blues-rock américain Beth Hart se produira sur la Scène Casa Anfa ». « Depuis ses débuts dans les années 90, Beth Hart a su conquérir le public avec sa voix puissante et son jeu de piano époustouflant. Avec plus de dix albums à son actif, elle a marqué la scène musicale avec des tubes comme "LA Song" et "Am I The One". Hart est également connue pour son interprétation captivante de chansons de blues classiques, ainsi que pour ses collaborations avec des artistes légendaires tels que Jeff Beck ou Joe Bonamassa », fait-on savoir.


Le 24 juin, à la Scène de Casa Anfa, c’est le Britannico-libanais Mika qui est attendu. « L'artiste pop excentrique au charisme flamboyant et à la voix envoûtante est une véritable légende de la scène internationale. Avec son premier album "Life in Cartoon Motion", sorti en 2007, il a enflammé le monde de la musique avec un succès fulgurant. Depuis, il a continué à briller avec plusieurs albums acclamés par la critique, vendant des millions de disques à travers le monde. Mika est un artiste talentueux qui captive les foules avec son énergie électrisante et son style unique », indique le festival.


À la Scène21, le 22 juin, Sona Jobarther fera son apparition. « La reine de la kora gambienne et multi-instrumentiste, amènera le public dans un voyage musical inoubliable à travers les traditions ancestrales de l'Afrique de l'Ouest, avec sa voix envoûtante et ses performances virtuoses ».


« Cette musicienne britannique d'origine gambienne, est une force de la nature. Avec sa kora, elle réinvente la musique mandingue en y ajoutant des éléments modernes et en y injectant son énergie débordante », poursuit-on.


Toujours à la Scène21, la soirée se poursuivra avec Kamaal Willimas, qui fusionne jazz, funk et musique électronique, créant une expérience musicale incomparable. « Kamaal Williams repousse les limites du jazz contemporain. Innovateur, visionnaire et leader de la scène jazz-fusion mondiale, sa musique est une véritable expérience, qui transporte l'auditeur dans un monde de rythmes électroniques, de grooves funky, et de mélodies enivrantes », peut-on lire.


Il sera aussi question de jazz marocain avec le quartet d’Ismail Sentissi. « Ce musicien prodige transporte vers des horizons sonores inexplorés grâce à ses mélodies hypnotiques aux accents orientaux. Né à Safi en 1975, Ismail a fait ses premières gammes dans la musique traditionnelle de son pays avant de trouver sa voie dans le jazz. Il crée ainsi un style unique qui mêle sonorités marocaines et jazz moderne. Ses albums "Safi", "Saber" et "Elkhamsa" ont fait l'unanimité chez les critiques », précise le communiqué du festival.


« Le soir même, et sur la même scène, le public aura rendez-vous avec un des pionniers de l'afro-jazz et maître incontesté du highlife (style de musique africain apparu dans les années 1900 à Accra), l’artiste ghanéen Gyedu-Blay Ambolley avec son Sekondi Band. Ambolley a marqué l'histoire de la musique africaine en créant un genre musical unique, nommé « simigwa », une variante du highlife, qui est un mélange d’afrobeat, de reggae, de groove, de soca, de jazz et de funk. Avec une carrière musicale qui s'étend sur plus de quatre décennies, il a sorti plus de 30 albums et a influencé de nombreux artistes africains contemporains », conclut-on.

culture - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture