Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Expo

L’étrange beauté des créatures négligemment brossées par Tallal

23.12.2015 à 18 H 34 • Mis à jour le 20.04.2021 à 14 H 18
Par
Si l’œuvre singulière et pionnière de cet artiste majeur est si méconnue du grand public, c’est que Tallal a consacré une bonne partie de sa vie à la promotion de l’œuvre de sa mère, la grande Chaïbia.

En 1967, lors de la première exposition parisienne de l’artiste, le critique d’art, Jean Bouret, écrivait dans les Lettres françaises  : « Hossein Tallal est l’un des meilleurs peintres marocains qui soient (…) Les tableaux réunis, ici, sont d’une étrange beauté. Je ne sais pas pourquoi, il me font penser à William Blake. » 


Comment se fait-il que cet artiste peintre marocain pionnier, dont l’œuvre singulière fut reconnue autant par les spécialistes que par ses pairs – il était l’ami et protégé du grand Cherkaoui –, est-il resté méconnu du grand public ?

Hossein Tallal (à droite), lors d'une exposition parisienne de son ami et protecteur Ahmed Cherkaoui (au centre). Circa 1967. ARCHIVE HOSSEIN TALLAL

Plusieurs raisons peuvent être avancées à cela. La première est, qu’au lendemain de l’indépendance, la figuration libre que Tallal s’est toujours obstiné à explorer ne correspondait pas à l’idéologie alors en vigueur dans les milieux artistiques et intellectuels du pays : l’œuvre de Tallal était – reste toujours – à mille lieux des questionnements à caractère identitaire et/ou révolutionnaire qui agitaient, alors, l’élite nationale.


La seconde raison est, qu’à partir de la moitié des années 1970, le phénomène Chaïbia a, inopinément, surgi, bouleversant non seulement le paysage plastique marocain, mais également toute la vie de Hossein Tallal, qui va, désormais, consacrer tout son temps et toute son énergie au service de la promotion de l’œuvre de sa géniale génitrice.

Tallal, en compagnie de Chaïbia. Il a consacré à la promotion de l'œuvre de sa mère une grande partie de sa vie. Circa 2004. ARCHIVES HOSSEIN TALLAL

La dernière exposition de l’artiste datait de 2008. Elle nous avait proprement estomaqué – on dit bien « recevoir un coup dans le ventre » ! Avec une économie drastique de moyens – deux ou trois couleurs en acrylique, appliquées à grands coups de brosse –, Tallal offrait, à nos yeux émerveillés, des portraits de personnages imaginaires d’une poésie, d’un tragique et d’une véracité hallucinants.


Avec une ou deux couleurs, en acrylique, appliquées à la brosse, l'artiste dresse des portraits imaginaires d'une grande véracité.

De quelle mémoire, de quel inconscient, de quel univers rêvé ou reconstitué, proviennent ces visages carnavalesques et ces corps désarticulés ? Nul, pas même l’artiste ne le sait.


Les œuvres inaugurant actuellement Brane’s, la nouvelle galerie d’art r’batie dirigée par Mounia Bernoussi, sont du même acabit.


Juqu’au 20 janvier Brane’s Gallery. Rabat Agdal.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @jamal_boushaba
Le Desk Culture