S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Datadesk

Autoroute de l’eau: le gouvernement entame la deuxième phase du projet

06.01.2024 à 13 H 05 • Mis à jour le 06.01.2024 à 13 H 15 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
L’Exécutif poursuit la concrétisation du projet de l’autoroute de l’eau. Après l’entrée en service de l’autoroute hydrique Sebou-Bouregreg, le tour est à l’interconnexion entre les barrages Oued El Makhazine-Dar Khrofa. Voici en quoi consiste ce projet

Le gouvernement passe à la vitesse supérieure dans la réalisation du projet de transfert d’eau par l’interconnexion du barrage d’Oued El Makhazine à celui de Dar Khrofa au nord du pays. A peine deux semaines après le lancement de l’appel d’offres relatif à la réalisation des travaux, un deuxième appel d’offres portant sur l’assistance technique et la maîtrise d’œuvre pour le suivi et le contrôle de la réalisation du projet a été lancé ce 5 janvier.


Porté par le ministère de l’Agriculture à travers l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA) du Loukkos, ce projet semble donc revêtir un caractère urgent, alors que les autorités parient qu’il sera prêt dans un délai ne dépassant pas les 24 mois. Cette urgence s’explique par le recul que connaissent les retenus des barrages dans la région, et qui touche avec acuité le barrage de Dar Khorfa le volume des réserves est de 69 millions de mètres cubes (Mm3) et le taux de remplissage atteint à peine aujourd’hui 14,4 %, contre 33,7 % durant la même période de l’année dernière.


C’est justement dans le but de sécuriser l’alimentation en eau potable et industrielle du Grand Tanger que le projet reliant les deux barrages de la province de Larache a été lancé. Selon les sources consultées par Le Desk, cette interconnexion permettra d’acheminer 100 Mm3 d’eau du barrage d’Oued El Makhazine vers celui de Dar Khorfa. Ces quantités seront transportées sur une distance d’environ 60 kilomètres à un débit d’équipement total de 3,2 m3/s.


Dans ce cadre, des investissements importants devraient être mobilisés. Les travaux de réalisation de la station de pompage et de la première tranche de la conduite d'adduction, qui s’étend du barrage d’Oued Al Makhazin à près du Douar Kiyayara devraient nécessiter une enveloppe de 244,5 millions de dirhams (MDH). Le coût des travaux de la deuxième tranche de la conduite sur un linéaire d’environ 34 km, quant à lui, devrait s’élever à 506 MDH. Ces travaux, précisent les documents de l’appel d’offres s’étaleront sur une période de 16 mois.


Outre ces montants, l’Office consacrera 15 MDH additionnels à l’assistance technique et maîtrise d’œuvre pour le suivi et le contrôle des travaux du projet de transfert d’eau. Le coût global devrait encore augmenter alors que la réalisation de l’interconnexion progresse.


Il s’agit de dépenses plus que jamais nécessaires, et les budgets alloués à la gestion de l’eau continueront à croître, face à la rareté des précipitations qui fait de la poursuite de l’alimentation en eau potable des régions du Maroc un véritable défi. La pluviométrie a en effet connu, l’année dernière, une baisse de 67 % par rapport à la moyenne enregistrée au cours d’une année normale, avait fait savoir Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’Eau en décembre dernier. Cette faible pluviométrie annonce une cinquième année consécutive de sécheresse, alertait le responsable.


Le ciel se faisant de plus en plus avare, les autorités sont amenées à multiplier les projets visant à garantir une gestion optimale des ressources hydriques existantes. Sur ce volet, le projet phare demeure celui de l’autoroute de l’eau dont les plans datent de plusieurs années, mais qui vient d’être dépoussiéré avec la réalisation de la liaison entre l’Oued Sebou et le barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah. Achevé en août dernier, ce projet permet d’approvisionner quotidiennement 1,3 Mm³ d’eau au profit de 12 millions de personnes à Rabat et Casablanca.

datadesk - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Datadesk