S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Datadesk

Think tank qatari : 78% des Marocains rejettent la reconnaissance d’Israël contre 67% en 2022

11.01.2024 à 18 H 14 • Mis à jour le 11.01.2024 à 18 H 15 • Temps de lecture : 6 minutes
Par
Au Maroc, 95% des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage mené par l'Arab Center for Research and Policy Studies basé à Doha considèrent la cause palestinienne comme une question arabe et non exclusivement palestinienne. Ils n’étaient que 59% à le penser en 2022. 5% des Arabes déclarent que l’attaque du Hamas du 7 octobre était une « opération illégitime »

Le Centre arabe de recherche et d'études politiques (Arab Center for Research and Policy Studies) basé à Doha, au Qatar, a annoncé le 10 janvier les résultats d'un sondage d'opinion publique concernant la guerre israélienne contre Gaza. Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 8 000 répondants (hommes et femmes) de 16 pays arabes. Les questions de l'enquête ont été sélectionnées pour déterminer les opinions des citoyens de la région arabe sur des sujets importants liés à la guerre israélienne contre Gaza.


Les résultats de l'enquête démontrent la localisation de la guerre telle que ressentie par l'opinion publique arabe, avec 97 % des personnes interrogées exprimant un stress psychologique (à des degrés divers) suite à la guerre contre Gaza. 84 % expriment un sentiment de grand stress psychologique.


Environ 80 % des personnes interrogées ont déclaré suivre régulièrement l'actualité de la guerre, contre 7 % qui ont déclaré ne pas la suivre, une indication supplémentaire que le public arabe considère cette guerre comme un événement local. Pour accéder aux informations, 54 % des personnes interrogées utilisaient la télévision, contre 43 % qui utilisaient Internet.


Il convient de noter que les résultats ont mis en évidence que l’opinion publique arabe ne croit pas que l’opération militaire menée par le Hamas le 7 octobre 2023 poursuive un agenda étranger. 35 % des personnes interrogées considèrent que la raison la plus importante de l'opération était la poursuite de l'occupation israélienne des territoires palestiniens, tandis que 24 % l'attribuaient principalement à la défense contre le ciblage israélien de la mosquée Al-Aqsa, et 8 % y voyaient le résultat du siège en cours de la bande de Gaza.


Alors que 67 % des personnes interrogées ont déclaré que l'opération militaire menée par le Hamas était une opération de résistance légitime, 19 % ont déclaré qu'il s'agissait d'une opération de résistance quelque peu imparfaite mais légitime, et 3 % ont déclaré qu'il s'agissait d'une opération de résistance légitime impliquant des actes odieux ou criminels, tandis que 5 % ont déclaré qu'il s'agissait d'une opération illégitime.


Les résultats ont montré qu'il existe un consensus arabe de 92 % exprimant la solidarité des citoyens de la région arabe avec le peuple palestinien de Gaza. Alors que 69 % des personnes interrogées ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens et leur soutien au Hamas, 23 % ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens malgré leur opposition au Hamas, et 1 % ont exprimé leur manque de solidarité avec les Palestiniens.


La majorité des personnes interrogées ont rejeté les comparaisons entre le Hamas et l’EI faites par des hommes politiques et des personnalités médiatiques principalement israéliennes et occidentales.


RAPPORT :  Arab Center for Research and Policy Studies


Interrogés sur les réponses des puissances régionales et internationales à la guerre israélienne contre Gaza, 94 % ont considéré la position américaine comme négative, et 82 % la jugent très mauvaise. Dans le même contexte, 79 %, 78 % et 75 % des personnes interrogées perçoivent négativement les positions de la France, du Royaume-Uni et de l’Allemagne. Les opinions étaient partagées sur les positions de l’Iran, de la Turquie, de la Russie et de la Chine. Tandis que (48 %, 47 %, 41 %, 40 % respectivement) les considéraient positivement (37 %, 40 %, 42 %, 38 % respectivement).


Dans le même contexte, 76 % des personnes interrogées ont déclaré que leur position à l’égard des États-Unis à la suite de la guerre israélienne contre Gaza était devenue plus négative, ce qui indique que le public arabe a perdu confiance dans les États-Unis. En outre, les personnes interrogées ont fait preuve d'une quasi-unanimité (81 %) dans leur conviction que le gouvernement américain n'est pas sérieux dans la création d'un État palestinien dans les territoires occupés de 1967 (Cisjordanie, Jérusalem et Gaza).


Environ 77 % des personnes interrogées ont cité les États-Unis et Israël comme la plus grande menace pour la sécurité et la stabilité de la région. Alors que 51 % considèrent les États-Unis comme la menace la plus menaçante, 26 % considèrent que la plus grande menace est Israël. Alors que 82 % des personnes interrogées ont déclaré que la couverture médiatique américaine de la guerre était biaisée en faveur d’Israël, seulement 7 % la considéraient comme neutre.


L’opinion publique arabe considère la cause palestinienne comme une question arabe et non exclusivement palestinienne. Un consensus de 92 % estime que la question palestinienne concerne tous les Arabes et pas seulement les Palestiniens. En revanche, 6 % ont déclaré que cela concernait uniquement les Palestiniens et qu'eux seuls devaient œuvrer pour le résoudre. A noter que ce pourcentage est le plus élevé enregistré depuis le début du scrutin en 2011, passant de 76 % fin 2022, à 92 % cette année. Certains pays ont enregistré des augmentations significatives. Au Maroc, elle est passée de 59 % en 2022 à 95 %, en Egypte de 75 % à 94 %, au Soudan de 68 % à 91 % et en Arabie Saoudite de 69 % à 95 %, une augmentation statistiquement significative qui représente un changement fondamental dans les opinions des citoyens de ces pays.


4 % des Arabes soutiennent la reconnaissance d'Israël

L’opinion publique arabe est presque unanime à rejeter la reconnaissance d’Israël, à un taux de 89 %, contre 84 % en 2022, contre seulement 4 % qui soutiennent sa reconnaissance. Il convient de noter en particulier l’augmentation du pourcentage de ceux qui ont rejeté la reconnaissance d’Israël en Arabie saoudite, passant de 38 % lors du sondage de 2022 à 68 % dans cette enquête. Une telle augmentation statistiquement significative s'applique également à d'autres pays comme le Maroc, où le pourcentage est passé de 67 % à 78 %, et le Soudan, où il a augmenté de 72 % à 81 %. Le gouvernement marocain a annoncé qu'il était prêt à délibérer sur une pétition appelant à l'arrêt de la normalisation avec Israël.


Interrogés sur leurs opinions sur les mesures que les gouvernements arabes devraient prendre pour mettre fin à la guerre à Gaza, 36 % des personnes interrogées ont déclaré que les gouvernements arabes devraient suspendre toutes relations ou processus de normalisation avec Israël, tandis que 14 % d'entre eux ont déclaré que l'aide et le soutien devraient être apportés à Gaza sans l'approbation d'Israël, et 11 % ont déclaré que les gouvernements arabes devraient utiliser le pétrole comme une arme pour faire pression sur Israël et ses partisans.


Il existe un quasi-consensus parmi les Palestiniens interrogés de Cisjordanie (y compris Jérusalem), environ 95 %, sur le fait que la sécurité et la liberté de mouvement entre les gouvernorats et les villes de Cisjordanie ainsi que leur sentiment de sécurité et de sécurité personnelle ont été affectés négativement depuis le 7 octobre 2023.


En outre, 60 % des Palestiniens interrogés en Cisjordanie ont déclaré qu'ils avaient été soumis ou témoins de raids menés par les forces de l'armée d'occupation, tandis que 44 % ont déclaré avoir été arrêtés ou interrogés par l'armée israélienne, et 22 % ont déclaré qu'ils étaient victimes de harcèlement de la part des colons.


Cette enquête est la première du genre à évaluer l'opinion publique sur le sujet dans la région arabe. Les travaux de terrain ont été menés du 12 décembre 2023 au 5 janvier 2024 en Mauritanie, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Soudan, au Yémen, à Oman, au Qatar, au Koweït, en Arabie saoudite, en Irak, en Jordanie, au Liban et en Cisjordanie. Palestine (y compris Jérusalem). Les communautés interrogées représentent 95 % de la population de la région arabe et de ses régions reculées. L'échantillon dans chacune des communautés susmentionnées était composé de 500 hommes et femmes, tirés selon des méthodes d'échantillonnage en grappes et auto-pondérées pour garantir que chaque individu de chaque pays avait une probabilité égale d'apparaître dans l'échantillon.

datadesk - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Datadesk