S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°886.Éliminatoires du Mondial 2026: à quoi doivent s’attendre les Lions ?

13.07.2023 à 21 H 25 • Mis à jour le 14.07.2023 à 09 H 28 • Temps de lecture : 4 minutes
Par
Les Lions de l’Atlas connaissent leurs adversaires des éliminatoires du Mondial 2026 qui débuteront au mois de novembre prochain. À quoi doit s’attendre l’équipe nationale si elle espère atteindre le premier Mondial à 48 équipes de l’histoire pour tenter de récidiver l’exploit de 2022 ?

Pour espérer revivre un exploit, voire surpasser le cap des demi-finales lors du prochain Mondial 2026 qui sera co-organisé par les États-Unis, le Mexique et le Canada, les Lions de l’Atlas savent ce qui leur reste à faire. Ils ont découvert leurs adversaires des éliminatoires cet après-midi à Abidjan, suite au tirage au sort auquel a assisté le patron du football mondial, Gianni Infantino et des légendes du football africain.


Le tirage n’a pas été forcément clément avec les Lions de l’Atlas, mais il aurait pu être plus corsé. Placée dans le groupe E, l’équipe nationale devra terminer première de sa poule devant la Zambie, le Congo, la Tanzanie, le Niger et l’Érythrée. Des adversaires qu’on connaît, que le Maroc a récemment affronté et d’autres qui ont été forcés de disparaître. À cause notamment à l’ancienne formule d’éliminatoires de la Coupe du Monde, zone CAF, qui obligeait les nations les moins bien classées à s’affronter dans un tour préliminaire avant d’atteindre la phase de poules.


Aujourd’hui, pour s’adjuger le ticket pour le Mondial 2026 qui offre 9 places au continent, le calcul est simple.


Gagner pour confirmer

Les deux premières journées des éliminatoires se tiendra du 13 au 21 novembre prochain. Avant d’entamer le long périple qui durera à peu près un an, soit jusqu’au 14 octobre prochain pour disputer la 10ème et dernière journée des éliminatoires, les Lions de l’Atlas auront le temps de se jauger face au Burkina Faso le 12 septembre à Lens, en France.


Grâce à ce prélude, Hoalid Regragui déterminera son armada qui entamera les éliminatoires, qui pour le coup, lui donneront une idée plus claire sur les 23 joueurs qui l’accompagneront à la Coupe d’Afrique des Nations, prévue du 13 janvier au 11 février. Sachant que les 3ème et 4ème journées des éliminatoires du Mondial se tiendront du 3 au 11 janvier, le moins que l’on puisse dire, c’est que le calendrier de l’équipe nationale est bien chargé, et l’erreur est interdite.


Pour confirmer son statut de favori, le Maroc n’a pas d’autre choix que de gagner. Car ses deux dernières sorties face au Cap-Vert (0-0 en amical) et l’Afrique du Sud (défaite 2-1) à Johannesburg, n’ont pas rassuré après l’exploit du Mondial et la victoire contre le Brésil au mois de mars dernier. Il n’en fallait pas plus pour que le doute s’installe et que les craintes se confirment, le Maroc demi-finaliste de la dernière Coupe du Monde sera attendu de pied ferme par tous ses concurrents en Afrique qui voudront à tout prix faire bonne impression, malgré la pression.


Un boulevard… sur papier

À première vue, le Maroc ne devrait pas avoir de mal à valider son ticket de qualification pour le Mondial 2026, le premier à 48 équipes. En terminant première de son groupe, l’équipe nationale se qualifiera directement à la grande messe du football, mais avec en face une ambition zambienne qui n’a pas de limites.


Sur le papier, les Chipolopolos sont l’équipe à battre pour nos Lions de l’Atlas. Champions d’Afrique à la surprise générale en 2012, les Zambiens menés par un certain Hervé Renard ont montré qu’ils n’avaient peur de rien et qu’ils sont prêts à relever tous les défis. Néanmoins, en terme de qualité intrinsèques, les Lions sont largement devant la 86ème nation du classement FIFA.


On peut dire la même chose du Congo Brazzaville 106ème et la Tanzanie, 123ème du même classement. Ces deux équipes qui se valent sur le terrain rêvent de Mondial et joueront le tout pour le tout face au Maroc, qui aura à subir la pression et surtout assumer son statut de favori du groupe. Un statut que les Lions ont historiquement, du mal à gérer...


Pour l’instant, le Niger n’accueille pas de matchs à la maison, faute de stade homologué par la CAF, et se doit de trouver une terre d’accueil, tout comme l'Érythrée. La Tanzanie en revanche joue à Dar Es-Salaam, et a pu décrocher son ticket pour la prochaine CAN en Côte d’Ivoire, ce qui n’est pas le cas du reste de nos adversaires lors de ces éliminatoires, le Niger 128ème au classement FIFA et l’Erythrée 198ème.


La Zambie a en revanche terminé devant la Côte d’Ivoire en tête du groupe H des éliminatoires de la CAN, bien que les Éléphants soient qualifiés d’office en tant que pays hôte de la compétition.


Sur le papier, les Lions ont un boulevard pour vite plier leur qualification à la Coupe du Monde, commencer les 4 premières journées des éliminatoires avant la CAN sur les chapeaux de roue en remportant 4 victoires et faire le plein de confiance avant d’entamer leur quête d’or africain, que le Maroc convoite depuis 1976 et le dernier sacre à Addis-Abeba.

enclair - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En clair