logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°820.Les Lions vont-ils damer le pion aux Vatreni ? Ce qu’en pensent les Croates

21.11.2022 à 14 H 40 • Mis à jour le 21.11.2022 à 14 H 40 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Le Maroc entame mercredi son parcours en Coupe du Monde en affrontant la Croatie, finaliste de l’édition 2018. Le Desk a interrogé un journaliste croate spécialisé en football à propos de l’opinion locale vis-à-vis des compagnons d’Achraf Hakimi, ainsi que sur l’état actuel de l’équipe au damier

Si le public des Lions de l’Atlas est conscient de la qualité des co-équipiers de Luka Modric, l’équipe marocaine reste une énigme pour les Croates. « Le public croate a beaucoup de respect pour Vahid Halilodzic et je pense qu’ils voyaient en le Maroc un adversaire plus coriace lorsqu’il était à la tête de la sélection que maintenant, même en l’absence de Hakim Ziyech », affirme Aleksandar Holiga, rédacteur en chef du site d’informations croate Telesport et auteur de Nogomet narodu (Le football pour le peuple), interrogé par Le Desk. « De façon générale, les Croates ne sont pas particulièrement contents d’avoir tiré le Maroc dans leur groupe et encore moins de devoir l’affronter en ouverture de la compétition. Mais le changement de management a probablement apporté du soulagement », ajoute-t-il.


Le Maroc et la Croatie se sont croisés une seule fois dans leur histoire. C’était le 11 décembre 1996, à l’occasion des demi-finales du tournoi amical Hassan II de football. Les Vatreni (Les Flamboyants) s’était qualifiés en finale au bout d’une séance de tirs aux buts après un match nul (2-2) dans le temps réglementaire.


« Certains pensent que le Maroc n’est pas un adversaire facile en raison de son style de jeu et je suis d’accord avec cela. D’autres voient en le Maroc un candidat sérieux [à la qualification, ndlr] car la Belgique n’est plus aussi forte qu’elle ne l’était mais aussi parce que le Canada manque d’expérience et de qualité dans certains secteurs du jeu. Evidemment, même si le Maroc ne fait pas office de favori automatique à la qualification, je pense qu’ils ont de bonnes chances », confie Aleksandar Holiga.


La team croate face aux Lions de l'Atlas. Infographie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Les Croates plus forts qu’en 2018

 D’après notre interlocuteur, le consensus général en Croatie est que la sélection locale se doit d’engranger les trois points de la rencontre face au Maroc. « Les Croates sont confiants et sont persuadés qu’ils peuvent battre n’importe quel adversaire. Même s'ils abordent le match contre le Maroc avec le statut de favori, les Croates sont conscients que ce ne sera pas une promenade de santé. Je m’attends à une rencontre avec des occasions des deux côtés », prédit Holiga.


Sur le papier, la Croatie est une équipe totalement différente de celle qui a réussi l’exploit d’atteindre la finale en 2018. Le sélectionneur local Zlatko Dalić s’est engagé dans un processus de renouvellement générationnel. Sur les 11 titulaires de la finale disputée contre l’Equipe de France, seuls les vétérans Modric, Brozovic et Perisic ont su préserver leur statut de titulaires indiscutables. Dans les cages, Danijel Subasic a passé le relai au gardien du Dinamo Zagreb Dominik Livakovic. L’arrière-garde a été totalement renouvelée avec l’arrivée de plusieurs jeunes prometteurs, tels que Josko Gvardiol (Red Bull Leipzig) et Josip Sutalo (Dinamo Zagreb). Au milieu de terrain, Mateo Kovacic a remplacé Ivan Rakitic tandis que le trio d’attaque a vu l’arrivée de Vlasic, la grande promesse de cette équipe, ainsi que Marko Livaja, meilleur buteur du championnat croate la saison dernière, avec 28 réalisations.


Quid alors des chances de la Croatie lors de cette édition après un parcours miraculeux en Russie, il y a quatre ans ? « Certains commentateurs assurent que cette équipe est encore plus forte que celle qui a atteint la finale de la Coupe du monde il y a quatre ans. En fait, ça ne saute pas forcément aux yeux si vous comparez les joueurs poste par poste, mais le collectif semble mieux rôdé qu’auparavant » répond Aleksandar Holiga, pour qui « le style de jeu et la composition type n’ont jamais été aussi clairs à la veille d’une compétition majeure ». Notre confrère affiche une sérénité quasi inquiétante à quelques jours du choc. « Je crois la Croatie peut en surprendre plus d’un. Elle paraîtra très solide et je suis sûr qu’elle a de grandes chances de finir première du groupe. Nous aurons également besoin de chance, de la même manière qu’on en a eu lors de la dernière édition, quand le public croate n’était pas aussi optimiste qu’aujourd’hui », conclut-il.

enclair - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En clair