Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

UIOM
Ahmed Raissouni co-signe une fatwa qui appelle au « boycott massif d’Israël »

03.01.2021 à 17 H 10 • Mis à jour le 03.01.2021 à 17 H 10
Par

Par une fatwa diffusée dimanche sur son site officiel, l’Union internationale des oulémas musulmans (UIOM) a appelé à un « boycott massif d’Israël jusqu’à son retrait de tous les territoires sous son occupation ».


Le texte de l’institution islamique basée au Qatar est signé par son président, le Marocain Ahmed Raissouni, ex- chef du Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR), la matrice idéologique du PJD qui dirige la coalition gouvernementale, et par son secrétaire général Ali al-Qarahdaghi.


« Nous appelons au boycott de l’Etat israélien, qui occupe actuellement la mosquée Al-Aqsa, attaquant nos frères et sœurs sur les hauteurs du Golan en Syrie et en Palestine et détruisant leurs terres et leurs maisons », indique le communiqué.


L’UIOM par la voix de ses deux dirigeants estime que « résister à l’occupation par des moyens légitimes et expulser les occupants est une obligation morale selon l’Islam, ainsi que reconnue par le droit international et les résolutions de l’ONU ».

 

Faisant référence à des versets coraniques et de hadiths, les signataires de la fatwa affirment que « les textes juridiques (tirés du Livre et de la Sunna authentique) abondent pour indiquer que boycotter les occupants et les agresseurs et boycotter leurs intérêts et produits est légitime et même obligatoire. Cela s’applique dans toute la mesure à l’État sioniste, qui a pratiqué et continue de pratiquer toutes les formes de viol, meurtre, terrorisme, déplacement, détention, torture et châtiment collectif ».


Ils ajoutent que « l’argent des occupants et leurs richesses acquises dans les pays occupés sont juridiquement considérés comme volés et acquis d’une usurpation et légalement interdite, et donc ce sont des profits légalement interdits, et les musulmans ne sont pas autorisés à les acheter ou les vendre, les importer ou les commercialiser, ou les utiliser ».


L’instance poursuit que compte tenu de « l’impossibilité de saisir des propriétés et biens privés du fait de l’occupation israélienne (…) ceux qui achètent ou commercialisent ou font la promotion des biens des occupants sont reconnus comme des pécheurs qui ont encouragé ce crime. »


« Nous appelons donc tous les musulmans à un boycott économique de masse d’Israël jusqu’à ce qu’il se retire de tous les territoires occupés », conclut le texte.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu