Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Sahara
Après Genève, l’ONU maintient le tempo, le Maroc exprime ses réserves

07.12.2018 à 01 H 57 • Mis à jour le 07.12.2018 à 02 H 01
Par La rédaction
La prochaine réunion sera-t-elle davantage fructueuse ? Horst Köhler, soutenu par la communauté internationale et notamment les Etats-Unis, compte ainsi maintenir le tempo avec deux briefings programmés au Conseil de sécurité avant avril afin de rapporter de l’avancée des pourparlers.

La table ronde de Genève qui s’est tenue au siège des Nations Unies de la cité Suisse les 5 et 6 décembre s’est conclue par un communiqué final rendu public par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Köhler. Il fait état de l’accord agréé par les délégations représentant le Maroc, le Polisario, l’Algérie, et la Mauritanie et pour un nouveau rendez-vous prévu au premier trimestre 2019.


Le communiqué, précise que toutes les délégations ont reconnu « que la coopération et l’intégration, et non pas la confrontation, constituent les meilleurs moyens de faire face aux défis de la région ». Les délégations ont convenu de « résoudre le conflit permettrait de contribuer à l’amélioration des vies des habitants de la région ».


 

Des éléments de langage convenus à minima à l’issue de cette première rencontre à Genève après six ans de trêve. La prochaine réunion annoncée pour début 2019 sera-t-elle davantage fructueuse ? Horst Köhler, soutenu par la communauté internationale et notamment les Etats-Unis, compte ainsi maintenir le tempo avec deux briefings programmés au Conseil de sécurité avant avril afin de rapporter de l’avancée des pourparlers.


D’ici-là, la diplomatie marocaine a fait état « d’éléments d’éclairage » relatifs au communiqué de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU :


1/ Les discussions se sont déroulées dans une ambiance sereine et positive, marquée par la participation active de toutes les parties 


2/ Le premier paragraphe du communiqué précise et clarifie définitivement le cadre de la tenue de la table ronde qui est celui tracé par la résolution 2440 qui souligne d’une part qu’il convient de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis, et rappelle d’autre part la volonté de l‘ONU de relancer le processus sur la base de la participation effective et sans distinction de statut, du Maroc, de l’Algérie, du Polisario et de la Mauritanie, tout au long de la durée du processus 


3/ l’Envoyé Personnel a indiqué que les discussions ont permis de donner des éclairages sur les thématiques à l’ordre du jour, notamment sur les questions liées à l’autodétermination et à l’intégration régionale 


4/ Aucun engagement n’à été pris, hormis l’appel à la tenue d’une seconde table ronde, courant premier trimestre de 2019, selon le même format et avec la participation de toutes les parties, le Maroc, l’Algérie, le polisario et la Mauritanie et pendant tout le processus 


5/ La table ronde a permis une participation active des élus des provinces du sud sur toutes les questions programmées, ce qui constitue une consécration irréversible de leur légitimité démocratique 


6/L’Envoyé personnel salue la participation active de tous les participants, sans distinction, ce qui confirme l’enterrement définitif de tous les plans précédents proposés par l‘ONU. La tenue de cette table ronde marque bel et bien la relance du processus onusien pour parvenir à une solution politique pragmatique, durable et réaliste.


Il est à souligner que “la délégation marocaine sort de cet exercice confortée de par sa participation active, la composition de sa délégation et la mise en avant des fondamentaux de sa position mis en exergue, lors du discours du Roi du 6 novembre 2017, à l occasion de la célébration du 42ème anniversaire de la Marche verte” .


« Le Maroc est attaché au processus politique et a soutenu l’envoyé personnel, quant à l’organisation d’une seconde table ronde, lors du premier trimestre 2019, selon le même cadre et le même format. Toutefois, le Maroc considère que l’atmosphère sereine n’est pas suffisante pour la relance du processus onusien pour aboutir à une solution politique, pragmatique, réaliste et durable. Aussi, le Maroc espère que la 2ème table ronde connaitra l’engagement de toutes les parties pour une discussion profonde sur la solution politique. Le Maroc n’est pas prêt à s’inscrire dans des discussions stériles et considère que cela constituera une perte de temps pour la communauté internationale et pour parvenir à une solution politique de ce différend », note la diplomatie marocaine.

Par La rédaction
Le Desk En continu