S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Diplomatie
Bruxelles: Akhannouch s’entretient avec le premier ministre belge

25.10.2023 à 10 H 16 • Mis à jour le 25.10.2023 à 14 H 02 • Temps de lecture : 2 minutes
Par et

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a tenu une réunion à Bruxelles, ce mercredi 25 octobre, avec le premier ministre belge, Alexander De Croo. La réunion s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita.


Au cours de cette rencontre, qui s'est tenue en présence de l'ambassadeur du Royaume du Maroc auprès du Royaume de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg, Mohammed Ameur, les deux parties ont exprimé leur satisfaction quant au partenariat solide qui lie les deux royaumes. Ils ont également examiné les moyens de renforcer davantage leurs relations et de faire face aux défis actuels et futurs qui les concernent conjointement, apprend-on d'une dépêche de la MAP.



De plus, les discussions ont abordé les relations amicales entre le Maroc et la Belgique, conformément aux aspirations des dirigeants des deux pays, à savoir le roi Mohammed VI et le roi Philippe de Belgique.


Ces entretiens qui ont eu lieu en marge du Forum Global Gateway, dont les travaux se poursuivront jeudi dans la capitale belge, interviennent à un moment où les relations entre les deux royaumes ne sont pas au beau fixe. En effet, l'implication présumée du Maroc dans une affaire de corruption au Parlement européen, baptisée Qatargate, a été mise en lumière lors d'une enquête menée en Belgique entre 2022 et 2023. Cette enquête sur les allégations de corruption mentionne le Maroc sous différents aspects.


Le Royaume serait impliqué dans cette affaire par l'intermédiaire de son service de renseignements extérieurs, la Direction générale des études et de la documentation (DGED), ainsi que par le diplomate Abderrahim Atmoun, dont le nom a été cité dans des documents judiciaires.


À la suite de cette affaire et de l'implication présumée du Maroc, plusieurs mesures ont été prises par le Parlement européen afin de compliquer les tentatives d'influence des représentants du Maroc et du Qatar sur les eurodéputés.


En avril 2023, lors d'une réunion à huis clos, les principaux députés européens ont approuvé un ensemble de directives. Selon ces directives, les députés et les membres du personnel sont désormais tenus de solliciter l'autorisation du Parlement avant d'inviter des diplomates étrangers dans les locaux.


De plus, les eurodéputés ne seront pas autorisés à effectuer des voyages officiels au Maroc et au Qatar tant que l'enquête criminelle sera en cours. Enfin, les lobbyistes qatariens et marocains inscrits au registre de la transparence ont été exclus de l'enceinte du Parlement.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk En continu