logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Agroscience
Des bousiers du Maroc expédiés en Australie pour améliorer la productivité des pâturages

10.05.2022 à 20 H 41 • Mis à jour le 10.05.2022 à 21 H 00 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

Une cargaison de bousiers originaires du Maroc est arrivée en Australie dans le but d'améliorer la productivité des pâturages dans le sud-est du pays, rapporte l’agence AP.


Après avoir été capturés au Maroc le mois dernier, les 1 500 coléoptères sont désormais chargés d'élever de nouvelles générations qui amélioreront les sols locaux en décomposant leur repas préféré, poursuit la même source.


Des milliers de leurs œufs seront récoltés et envoyés sur un site d'élevage de masse sur le campus de l'Université Charles Sturt à Wagga Wagga dans l’Etat de la Nouvelle-Galles du Sud. Là, deux autres générations seront produites avant que le bousier ne soit relâché dans les fermes australiennes, dans les deux prochaines années. Les bousiers agissent comme agents de lutte biologique en enterrant et en mangeant les excréments, en gardant le sol sain et en aidant à tuer les mouches et autres ravageurs.


Valérie Caron, chercheuse au CSIRO et chef de projet, affirme que la dernière importation comprend une nouvelle espèce appelée G. sturmi. « C'est un très long voyage, et je suis toujours impressionné qu'ils survivent », a déclaré le Dr Caron, enthousiaste, à propos des nouvelles importations.


Les coléoptères capturés ont d'abord été envoyés dans un laboratoire du CSIRO en France où ils ont été nettoyés, nourris, puis affamés avant d'être expédiés en Australie. Les lois sur la biosécurité signifient que seule la progéniture du bousier peut quitter l'installation du CSIRO, tandis que leurs ancêtres continueront à se reproduire en captivité.


Les coléoptères marocains sont choisis en partie à cause des similitudes climatiques avec le sud de l'Australie. Alors que l'Australie compte plus de 500 espèces indigènes de bousiers, 23 espèces non indigènes aident également à traiter les excréments d'animaux importés.


Le projet d'ingénieurs de l'écosystème du bousier est une coentreprise entre le groupe industriel Meat and Livestock Australia, l'agence scientifique fédérale CSIRO, plusieurs universités et des groupes de protection des terres.


Cette dernière arrivée est la dernière importation de coléoptères pour le projet, qui dure depuis cinq ans. En décembre 2021, les deux tiers d'un groupe de bousiers sont morts alors qu'ils étaient piégés en transit pendant un mois, suite à une infection au Covid-19 déclarée au sein de l'entreprise de messagerie chargée de leur transport.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu