logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Cybercriminalité
Extradition de Sébastien Raoult: la Cour de cassation prononce un « avis favorable »

08.08.2022 à 18 H 27 • Mis à jour le 08.08.2022 à 18 H 27 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

La Cour de cassation a prononcé ce lundi, un « avis favorable » pour l’extradition vers les États-Unis de Sébastien Raoult, l’étudiant français accusé de cybercriminalité et détenu au Maroc, dans la prison de Tiflet 2 depuis plus d'un mois, apprend-on de l’agence de presse française AFP.


Une source marocaine proche du dossier a expliqué à l’AFP que si la Cour de cassation s’est dite « favorable » à l’extradition de Sébastien Raoult, elle n’a pas pour autant ordonné son extradition, cette décision ne pouvant être prise que « par le chef du gouvernement, sur proposition d’une commission réunissant aussi les ministres des Affaires étrangères et de la Justice ».


Dans ce contexte, la Cour de cassation a fait savoir que les « crimes » pour lesquels Raoult est réclamé par les Américains « ont leurs équivalents dans le code pénal marocain », ajoutant que « la demande d’extradition remplit toutes les conditions exigées par la loi », nous informe la même source.


En marge de cette décision, l’avocat de Sébastien Raoult, Philippe Ohayon, a réitéré sa demande d’ouverture d’une enquête judiciaire en France, « assortie d’un mandat d’arrêt français pour obtenir l’extradition du jeune étudiant vers la France » et non pas vers les États-Unis.


L'avis favorable de la Cour de cassation « nous renforce dans notre détermination à obtenir l’extradition en France de Sébastien Raoult », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous estimons que Sébastien Raoult n’a pas simplement été abandonné par la France, mais qu’il a été sacrifié, au vu de l’opération de police franco-américaine du 31 mai avec l’interpellation en France de cinq autres personnes dans ce dossier ».


Comme nous le rapportions précédemment, le père de Sébastien Raoult avait lancé un appel à la première ministre française Elisabeth Borne, afin d’empêcher l'extradition de son fils vers les États-Unis.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu