Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Maroc-Israël
Judaïsme: les clubs de tolérance, critiqués par AWI, activés à Casablanca

04.03.2021 à 17 H 28 • Mis à jour le 04.03.2021 à 17 H 28
Par

À Casablanca, deux conventions ont été signées au siège du musée du judaïsme à Casablanca, « pour la consécration des valeurs de tolérance et de cohabitation auprès des jeunes », indique une dépêche de l’agence de presse MAP.


« La première convention a été signée entre l’académie régionale de l’éducation et de la formation de Casablanca-Settat et la fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, et la deuxième entre le lycée collégial El Wafaa relevant de la direction provinciale de Casablanca-Anfa, le lycée Ibn Mimoune à Casablanca et le lycée Lyautey relevant de la mission française au Maroc », précise-t-on. Cette convention a été signée par le directeur de l’académie régionale, Abdelmoumen Talib et le président de la fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, Serge Berdugo. Elle vise à créer des « clubs de tolérance et de cohabitation » aux établissements scolaires relevant de la région et à informer la jeunesse de la richesse et de la diversité du patrimoine culturel marocain. Des visites gratuites au musée culturel judéo-marocain sont prévus.


Quant à la deuxième convention, elle vise la création d’un espace de tolérance et de vie commune au lycée collégial El Wafaa qui abritera des salles dédiées aux ateliers, expositions, colloques et différentes activités en soutien aux valeurs de tolérance et de cohabitation, avec la participation d’élèves de différents établissements scolaires, affirme la dépêche de la MAP.


D’après la même source, « l’objectif de ces conventions  réside dans l’animation des clubs de tolérance au sein des établissements scolaires, et l’ouverture du musée aux élèves pour avoir l’opportunité de le visiter et de s’informer du patrimoine judéo-marocain, qui constitue une importante partie de leur histoire ».


A Meknès, ces clubs de tolérance ont été la cible récemment des critiques de la section locale de Adl Wal Ihsanne de la ville (AWI) : en cause, une visite organisée par l’académie régionale dans une synagogue. Dans leur communication, les membres de AWI dénoncent ce qu’ils considèrent comme étant « une étape de plus dans la série de trahison et de normalisation officielle qui entendent pénétrer et menace l’unité du tissu sociétal des Marocains », pouvait-on lire dans leur communiqué publié sur le site officielle de la Jamaâ.



Par
Le Desk En continu