logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Paléontologie
Le Maroc abrite la région ‘la plus dangereuse de l’histoire de la Terre’

26.04.2020 à 17 H 50 • Mis à jour le 26.04.2020 à 17 H 56 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

L'Université de Portsmouth a récemment consacré une étude à l'ère des dinosaures en Afrique. Elle a passé en revue près de 100 ans de vertébrés fossiles d'une zone de formations rocheuses du Crétacé dans le sud-est du Maroc, connue sous le nom de "Groupe Kem Kem".


L’étude révèle qu’à cette époque, la région abritait un vaste réseau fluvial où vivaient de nombreuses espèces différentes d'animaux aquatiques et terrestres.


Parmi les fossiles du Groupe Kem Kem, il a été découvert trois des énormes dinosaures prédateurs jamais connus, y compris le Carcharodontosaurus à dents de sabre (plus de 8 m de long) et dotés d'énormes mâchoires aux dents dentelées, et le Deltadromeus (lui aussi 8 m de long) de la famille des rapaces doté de longs appendices arrière, tout comme quelques reptiles volants  (ptérosaures) et des prédateurs ressemblant à des crocodiles.


Les scientifiques ont découvert que ces féroces dinosaures faisaient de cette région du Maroc, aujourd’hui désertique, l'endroit le plus dangereux sur Terre il y a environ 100 millions d'années.


Dr Nizar Ibrahim, professeur adjoint de biologie à l'Université de Detroit, a déclaré que « c'était sans doute l'endroit le plus dangereux de l'histoire de la planète Terre, un endroit où un voyageur temporel humain ne survivrait pas très longtemps »


Selon le co-auteur de l’étude, Pr. David Martill de l'Université de Portsmouth, « de nombreux prédateurs dépendaient d'un approvisionnement abondant en poisson. Cet endroit était rempli de poissons absolument énormes, y compris des cœlacanthes géants et des poissons-poumons ».


Le cœlacanthe, par exemple, est probablement quatre, voire cinq fois plus grand que le spécimen d'aujourd'hui. Il y a un énorme requin scie d'eau douce appelé Onchopristis avec les plus redoutables dents rostrales, similaires à des poignards barbelés et étincelants, a ajouté Martill.


Des scientifiques des universités de Détroit, Chicago, Montana, Portsmouth, Leicester, McGill et aussi de Casablanca, ainsi que le Musée d'histoire naturelle de Paris, ont produit un premier compte rendu entièrement illustré de l'escarpement riche en fossiles, auparavant connu sous le nom de « lits de Kem Kem ».


Les scientifiques définissent maintenant cet ensemble sédimentaire comme le Groupe Kem Kem, qui se compose de deux formations distinctes, la formation Gara Sbaa et la formation Douira.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu