Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Les Algériens premiers demandeurs d’asile à Ceuta et Melilla

28.03.2017 à 18 H 18 • Mis à jour le 28.03.2017 à 18 H 18
Par
Les Algériens ont été les premiers demandeurs d’asile dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla pour l’année 2016, avec 204 demandes, selon un document du gouvernement espagnol obtenu par TSA. Ceuta est une ville autonome espagnole située à la frontière avec le Maroc. Melilla est elle aussi une ville autonome espagnole, mais constitue une enclave dans la région marocaine du Rif. Les Marocains arrivent en 2e position, mais avec seulement 8 demandes recensées. Depuis le Cameroun, la Guinée et le Mali réunis, seules 6 demandes officielles d’asile ont été faites aux autorités espagnoles. Pour l’Afrique subsaharienne, ces chiffres ne prennent en compte que les demandes effectivement réalisées, indique le gouvernement espagnol. « Le chiffre de demandeurs dans les deux villes a beaucoup baissé. Il y a encore deux ans, ils étaient 6 000, en majorité des Syriens », a indiqué à TSA une source espagnole au fait de ces dossiers. De plus en plus souvent, les Algériens (ainsi que les Marocains) invoquent l’homosexualité lorsqu’ils font leur demande, précise la même source. Mais « en général, les Algériens n’obtiennent pas l’asile », et sont « majoritairement renvoyés par bateau d’Alicante à Oran », sachant que « l’Algérie a plafonné le nombre de ses citoyens qui peuvent être renvoyés à chaque traversée. »
 Les Algériens arrivent à Ceuta et Melilla dans l’espoir de s’échapper pour gagner la France, ou parfois Alicante ou Barcelone, indique la même source. Certains espèrent aussi être relâchés, les autorités espagnoles ne pouvant les garder plus de 60 jours. Le nombre d’Algériens résidant légalement en Espagne est de près de 62 000, selon l’institut national espagnol de la statistique.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu