S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Marchés
Accusé de manipulations de cours boursiers, l’Indien Adani verra-t-il ses ambitions marocaines menacées ?

27.01.2023 à 08 H 36 • Mis à jour le 24.09.2023 à 18 H 48 • Temps de lecture : 2 minutes
Par Souleiman Ketti

Pas moins de 11 milliards de dollars de capitalisation boursière ont été perdus ce mercredi par la groupe indien Adani. La raison : un rapport de Hindenburg Research, société basée à New York, signalant « des inquiétudes quant aux niveaux d'endettement » et d'utilisation de paradis fiscaux au sein du conglomérat contrôlé par Gautam Adani.


Tout en rejetant le rapport, qualifié de « sans fondement » et déclarant vouloir poursuivre en justice Hindenburg, le groupe a annoncé ce vendredi une vente d'actions record de 2,45 milliards de dollars à destination des investisseurs particuliers. Les enchères pour les investisseurs particuliers ont commencé vendredi et se termineront le 31 janvier, fait-on savoir dans la presse spécialisée, précisant qu'un prix plancher de 38,22 dollars a été fixé par pour chaque action.


Dans son rapport, Hindenburg a déclaré que les principales sociétés cotées du groupe Adani avaient une « dette substantielle », ce qui mettait le conglomérat dans une « situation financière précaire », et que les « évaluations exorbitantes » avaient poussé le prix des actions de sept sociétés cotées d'Adani jusqu'à 85 % au-delà de leur valeur réelle, relaye-t-on. Autrement dit, une manipulation de cours boursiers qui est pointée du doigt par la société newyorkaise, prenant la forme d'une firme de ventes à découvert (short-seller), réputée pour ses positions activistes et ayant déjà mené campagne contre des groupes cotés. Dans le milieu boursier, on va jusqu'à la présenter comme étant « des pirates de la bourse ».


Au Maroc, Adani a récemment annoncé nourrir des ambitions dans le secteur - très prometteur - de l'hydrogène vert. L'annonce avait été faite dès octobre 2022, alors que le Royaume n'avait pas encore concrétisé ce chantier des énergies renouvelables, à travers la demande royale de proposer une offre Maroc en la matière.


Dans son annonce, Adani avait déclaré envisager une collaboration avec le Groupe OCP qui dévoilera quelques semaines plus tard son méga-projet d'hydrogène vert visant à produire de l'ammoniac vert, entamant de facto la seconde révolution industrielle pour le groupe dirigé par Mostafa Terrab.


En plus de la confirmation de la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable quant aux ambitions d'Adani, l'Indien avait aussi réussi à rencontrer le chef du gouvernement Aziz Akhannouch tout récemment, en marge du forum du Davos.


Pour son projet au Maroc, Adani prévoit de fournir à l'Europe de l'électricité et du carburant propre. La capacité de production d'énergie maximale de 10 gigawatts est pour l'heure mise en avant, avec la réalisation du projet en deux étapes, fournissant l'électricité localement dans un premier temps avant l'export direct vers l'Europe.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par