logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Transaction
Acquisition de Bti Bank par Bank of Africa: Rahhou donne son autorisation

18.01.2023 à 05 H 20 • Mis à jour le 18.01.2023 à 05 H 22 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Souleiman Ketti

Près de trois semaines après la cession opérée entre Al Baraka Group (ABG) et Bank of Africa (BoA), la banque fondée par Othman récupérant l'intégralité des parts de la banque participative Bti Bank, le Conseil de la Concurrence vient de donner son feu vert pour la concrétisation de la transaction.


D'après des sources consultées par nos soins, le Conseil dirigé par Ahmed Rahhou a approuvé l'opération de concentration économique consistant en une prise de contrôle exclusif de BoA de Bank Al Tamweel Wa Al Inma (Bti Bank), à travers la montée dans le capital où il est question d'acquérir une participation additionnelle de 43,56 % de son capital, apprend-on.


Pour rappel, à son lancement fin 2017, BTI Bank Maroc avait pour ambition d’adopter un plan stratégique de 5 ans visant une part de marché entre 20 % et 25 % et au-delà avec une perspective de développement à l’échelle africaine.


Début novembre, BTI Bank Maroc avait augmenté son capital à 450 millions de dirhams (MDH) suite à une recapitalisation de 50 MDH dont l’objectif principal était de renforcer l’assise de ses fonds propres réglementaires. La banque avait cumulé des pertes importantes : 49 MDH en 2020 puis 42 MDH en 2021.


Comme nous le précisions précédemment, si elle quitte le Maroc, ABG continuera à opérer sur trois continents par le biais de ses unités bancaires filiales, notamment dans les pays voisins du Maghreb (Algérie, Tunisie) ou encore en Turquie, en Algérie, en Jordanie, en Égypte et en Allemagne, en plus de deux succursales en Irak et un bureau de représentation en Libye, précisait le communiqué diffusé fin décembre dernier.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par