logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Financement
Affaire Global Nexus: la Banque mondiale exige des comptes au gouvernement

19.07.2020 à 15 H 00 • Mis à jour le 19.07.2020 à 15 H 01
Par La Rédaction

Selon L’Economiste, la Banque mondiale, en sa qualité de bailleur de fonds de l’initiative Innov Invest a enquêté sur l’affaire Global Nexus et saisi dans ce sens le gouvernement. Elle exige le remboursement des sommes versées au fonds Green Innov Invest (GNII)


Le projet du Fonds Innov Invest dont GNII faisait partie, a été « exécuté par la Caisse centrale de garantie. Elle s’est appuyée sur une vingtaine de partenaires accrédités suite à un appel à proposition lancé par la CCG », a déclaré la Banque mondiale, répondant à des questions de l’Economiste. La Banque mondiale a ainsi pointé la responsabilité de l’agence d’exécution (Caisse Centrale de Garantie -CCG) et des autorités de tutelle, soit le ministère des Finances, chargées « de veiller à la gouvernance des partenaires sélectionnés ».


En tant que bailleur de fonds, la Banque mondiale a ainsi, selon la même source, « diligenté sa propre enquête » dans cette affaire.


Cette enquête suit un processus prévue par l’institution de Bretton Woods « en cas de suspicion, collusion, corruption, fraude ou obstruction intervenues dans le cadre des projets » qu’elle finance.


Son constat est sans appel, la Banque mondiale a saisi le gouvernement pour déclarer le montant versé à GNII (5 millions de dirhams) comme dépenses inéligibles.


Une mission de suivi du dossier avec la CCG en sa qualité d’emprunteur sera menée par la Banque mondiale en septembre 2020.


Hynd Bouhia, gestionnaire de la société Global Nexus et du fonds GNII est sous le coup de poursuites judiciaires suite aux dépôts de plaintes d’investisseurs, qui cependant ont été retirées dans le cadre d’un accord de remboursement. Elle a été convoquée le 7 juillet 2020 par le parquet de Casablanca. La date de sa prochaine comparution n’a pas été rendue publique.


Quant à la CCG qui avait engagé trois mois après les plaignants, des procédures auprès du régulateur (AMMC) et ensuite au niveau de la justice à l’encontre de Global Nexus, a dans ce sens déclenché une saisie conservatoire sur un terrain dans un quartier huppé de Rabat, objet d’un financement illégitime réalisé par Hynd Bouhia. Si la CCG a récupéré sa créance de 5 MDH (en deux tranches), celle-ci n’a pas renoncé aux poursuites, rapporte L’Economiste.

 

Retrouvez ici tous les détails de l’affaire Global Nexus.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par