Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Finance
BMCE Bank: Brahim Benjelloun-Touimi ne sera pas «limogé»

20.09.2019 à 14 H 05 • Mis à jour le 20.09.2019 à 14 H 05
Par Kenza Filali
La BMCE Bank a formellement démenti le « limogeage » de son administrateur-directeur général. La banque réagit ainsi à un article de Maghreb Confidentiel assurant de la « mise à l’écart » de Brahim Benjelloun-Touimi au moment où un ambitieux mais complexe plan de recapitalisation est mené par le groupe bancaire présidé par Othman Benjelloun pour renflouer ses finances

Inamovible et discret homme de confiance du président Othman Benjelloun depuis de très longues années, Brahim Benjelloun-Touimi est sur le départ, a affirmé jeudi Maghreb Confidentiel.


Celui qui a été porté à la direction de BMCE Bank of Africa en 2010 et à la présidence de la BOA depuis 2015, devrait quitter ses deux fonctions au moment où l’institution financière se cherche un second souffle après des résultats financiers successifs en berne, a précisé en substance la même source.


Pour rappel, les résultats au titre de l’année 2018 rendus publics le 30 mars présentent une stagnation du produit net bancaire (PNB), à 13,2 milliards de dirhams, soit légèrement en deçà des revenus annoncés l’an dernier. L’analyse de ces résultats fait état d’un affaissement des bénéfices du groupe qui passent ainsi sous la barre des 2 milliards de dirhams (1,8 milliard), soit 200 millions de dirhams de moins qu’en 2017.


La supposée « mise à l’écart » de Brahim Benjelloun-Touimi coïnciderait ainsi, selon Maghreb Confidentiel avec la mise en chantier d’un ambitieux plan de recapitalisation de six milliards de dirhams pour que la banque demeure dans les clous des ratios prudentiels en vigueur.


Une étape importante a été bouclée avec l’entrée salvatrice du fonds britannique de développement Commonwealth Development Group (CDC Group) paraphée le 19 juin et approuvée lors d’une assemblée générale extraordinaire de BMCE, le 12 septembre, apportant à la banque 1,93 milliard de dirhams contre environ 5 % de son capital.


Le renflouement des fonds propres de 2 milliards de dirhams supplémentaires en 2019 à travers la conversion optionnelle des dividendes de l’exercice 2018 pour un montant de 900 millions de dirhams à renouveler en 2019, et un appel public à l’épargne, d’un montant maximal de 1 milliard de dirhams avaient en effet été annoncées pour parachever ce plan.


Des émissions de dettes subordonnées étaient également prévues. En somme, le plan prévoyait un renflouement en capitaux durs de près de 4 milliards de dirhams sur l’année 2019.


Mais les opérations de conversion optionnelle de dividendes et de souscription en numéraire, bouclées par BMCE Bank fin août, n’ont été réalisées qu’à 80 % de leurs objectifs. Aussi, 3,2 milliards de dirhams restent donc à lever, avançait Maghreb Confidentiel.


Dans un démenti diffusé à la presse ce vendredi, le groupe bancaire nie cependant formellement le « limogeage » de Brahim Benjelloun-Touimi et conteste les informations « par rapport aux difficultés liées au renforcement des fonds propres de la banque, tout à fait fallacieuses »

 

 « Le Groupe BMCE Bank a pleinement réussi son augmentation de capital et a ainsi mobilisé 1,7 milliards de dirhams. Tous les actionnaires historiques et institutionnels y ont souscrit », ajoute la même source.


Cependant, il est à noter que les 1,7 milliard milliards levés cités par la BMCE Bank dans son communiqué, ajoutés aux 2 milliards de l’entrée au capital de CDC, sont encore loin d’atteindre les 6 milliards ciblés pour boucler la recapitalisation de la banque, même si pour 2019, l’objectif annoncé et certes atteint…

 

Le renouvellement du top management de la banque, tout aussi que la propre succession de Othman Benjelloun qui fêtera ses 88 ans en novembre, est un sujet qui a souvent été évoqué par les analystes et la presse ces derniers mois. Si dans son communiqué, la BMCE Bank nie catégoriquement que son administrateur- directeur général ait pu être sanctionné, des changements dans la gouvernance de la troisième institution financière du pays ne sont pas non plus à écarter, estiment nombre d’observateurs… 

Par Kenza Filali