S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Armement
Dépenses militaires: le PLF 2024 prévoit un budget stable

20.10.2023 à 19 H 07 • Mis à jour le 22.10.2023 à 22 H 47 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Soufiane Sbiti

Le budget relatif aux dépenses militaires que prévoit le Maroc dans son projet de loi finances 2024 demeure stable, par rapport à l'année dernière, indique le PLF consulté par Le Desk. 


La loi de finance 2023 avait alloué 119,7 milliards de dirhams (11 milliards de dollars) au budget de la défense, ce qui représentait déjà une hausse de 4 milliards de dirhams (MMDH) par rapport à l'année précédente.


Cette année, le budget d'engagement par anticipation pour l'année budgétaire 2024 sur le compte de dépenses intitulé « Acquisition et réparation des matériels des Forces armées royales et soutien au développement de l'industrie de La Défense » sera de 124,7 MMDH, soit une augmentation  de 5 MMDH.


Pour rappel, l'année dernière, en novembre 2022, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé du département de la défense nationale avait confirmé l'intention du Maroc d'axer son industrie militaire nationale sur la production de drones.


Ce budget, qui demeure conséquent par rapport aux années avant 2021, est justifié par la poursuite de la part des Forces armées royales de la modernisation de leurs moyens de combat, notamment pour l'armée de l’air (Hélicoptères Apache, nouveaux F-16, drones turcs, américains et israéliens, etc.), pour les systèmes de défense anti-aérienne, l'artillerie et le renforcement des capacités de la marine. Ceci s'ajoute à l'augmentation substantielle des charges du personnel (doublement des postes budgétaires, augmentation des salaires et charges supplémentaires consécutives au service militaire). Autant de commandes dont la livraison est prévue en 2024 et 2025.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @soufianesbiti