S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Energie
Gibraltar remet sur la table son projet d’interconnexion électrique avec le Maroc

18.12.2023 à 00 H 03 • Mis à jour le 18.12.2023 à 00 H 03 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Issam El Yadari

L’idée d’une liaison électrique sous-marine avec le Maroc a refait surface dans le discours des officiels de l’enclave britannique de Gibraltar. En marge de la COP 28 qui s’est tenue à Dubaï, John Cortes, ministre de l'Éducation, de l'Environnement, du Développement durable, du Changement climatique, du Patrimoine, des Services techniques, des Transports et des relations avec le Maroc a évoqué une nouvelle fois le sujet lors d’une interview avec un média local.


Les autorités de Gibraltar considèrent le Maroc, qui exporte déjà depuis quelques années de l'électricité vers la péninsule ibérique, comme un fournisseur d'énergie fiable et doté d’un plan d'énergie propre visant à garantir 52 % de ses besoins en électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2030. Cortes a ainsi déclaré qu’une liaison électrique avec le royaume « pourrait être une option à considérer, le Maroc ayant un surplus d’énergie décarbonée, solaire et éolienne dont le surcoût serait compensé par des taxes locales ».


L’idée n’est pas nouvelle pour les autorités du territoire britannique d'outre-mer qui cherchent activement à réduire sa consommation d’énergie fossile et réduire se faisant sa dépendance avec l’Espagne.


Le Maroc exporte de l'électricité vers l'Espagne depuis 2018, les deux pays étant convenus de renforcer l'interconnexion avec une troisième liaison. La troisième interconnexion aurait une capacité technique de 700 à 800 MW et devrait être mise en service à l’horizon 2026.


Les exportations d’électricité du Maroc ont connu des niveaux de hausse consécutives ces dernières années, Madrid ayant adopté un plan de transition énergétique visant sortir du charbon. Un certain nombre de centrales thermiques avaient été fermées avant la guerre russo-ukrainienne.


Par ailleurs, le Maroc et le Portugal se sont mis d'accord dès 2015 sur des plans pour une liaison de 1 000 mégawatts (MW). Les études de faisabilité lancées en 2016 n’ont toujours pas abouti à la concrétisation de ce projet.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par