logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Innovation
« L’État marocain soutient le projet NamX », premier SUV à hydrogène (Ryad Mezzour)

18.11.2022 à 21 H 32 • Mis à jour le 18.11.2022 à 21 H 33 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Soufiane Sbiti

Annoncé en mai dernier, le projet du Franco-marocain Faouzi Annajah, NamX, voiture alimentée à l'hydrogène a fait parler de lui ces derniers mois : un premier prototype d'Hydrogen Utility Vehicle (HUV) a dans ce sens été présenté à la presse.


Il s'agit plus précisément d'une voiture alimentée à l'hydrogène et dont le design a été conçu par l'entreprise historique de design automobile italienne, Pininfarina, partenaire de plusieurs grandes marques à l'instar de Ferrari, Rolls-Royce, Maserati ou encore Jaguar. Particularité du véhicule : un réservoir amovible qui permet de stocker 6 capsules d'hydrogène, augmentant ainsi l'autonomie de la voiture.


Dans des déclarations au Desk, Annajah, l'homme derrière le projet, nous avait confié que l'usine de production pourrait potentiellement être au Maroc, en plus d'un partie de l'ingénierie qui sera réalisée au Royaume.


Une information confirmée officiellement par Ryad Mezzour, ministre de l'Industrie et du Commerce, s'exprimant récemment lors d'une rencontre avec des jeunes marocains.


Il a en outre précisé qu'une première convention a été signée avec Faouzi Annajah. « Je l'ai accueilli trois fois », fait-il savoir, ajoutant que l'homme d'affaires « est fier du Maroc ». « Il veut faire son usine au Maroc », a-t-il ajouté.


Concernant le rôle des autorités marocaines, Mezzour déclare que son département lui « donne des conseils pour que son investissement se réalise dans les meilleures conditions ». « On lui donne aussi des lettres attestant que l'État marocain soutient ce projet », souligne-t-il, des correspondants devant être à l'adresse des potentiels investisseurs intéressés par le projet NamX.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @soufianesbiti