S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Micro-irrigation
Magriser, spécialiste du goutte-à-goutte, envisage une expansion en Afrique

27.03.2021 à 03 H 10 • Mis à jour le 27.03.2021 à 03 H 10 • Temps de lecture : 1 minutes
Par La Rédaction

Magriser Group, société marocaine de micro-irrigation détenue majoritairement par Amethis Finance Luxembourg Sarl, envisage de se développer en Afrique subsaharienne avant de chercher une cotation à la bourse de Casablanca, a rapporté Bloomberg.


L'entreprise cherche également à récolter les bénéfices d'un système de subvention pour les agriculteurs marocains qui suscite des investissements accrus dans les systèmes d'irrigation modernes et augmente sa part du secteur à partir des 8 % actuels, a déclaré le directeur général Simohamed Azzouz.


Magriser, basée à Mohammedia, a finalisé ce mois-ci, la vente d'une participation de 63 % à Amethis Fund II, un fonds de la société d'investissement axée sur l'Afrique, pour un montant non divulgué.


Magriser commencera ses opérations au Sénégal dans le cadre de la première partie d’un plan d’expansion de cinq ans, après quoi l’entreprise sera prête pour une cotation à la bourse de Casablanca, a déclaré son dirigeant, qui était auparavant gestionnaire de fortune chez Natixis SA.


Fondée en 1987, Magriser a introduit l'irrigation goutte à goutte au Maroc, une méthode qui permet à l'eau d'infuser lentement les racines des cultures, réduisant ainsi l'évaporation. Elle est utilisé pour la culture des olives, des agrumes et des fraises, certaines des principales exportations agricoles marocaines.


Le gouvernement cible, en utilisant cette méthode d’irrigation, environ 11 % des terres agricoles, soit 935 000 hectares, d'ici 2027, contre environ 6 % actuellement, selon les données du ministère de l'Agriculture.

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par