S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Justice
Mise aux enchères du terrain de l’Océan bleu El Mansouria: un tournant pour le projet immobilier

05.07.2023 à 16 H 28 • Mis à jour le 05.07.2023 à 16 H 36 • Temps de lecture : 1 minutes
Par Younes Saoury
Le projet immobilier l'Océan bleu El Mansouria

Le Tribunal de Commerce de Casablanca a récemment rendu une décision portant sur la mise aux enchères du terrain de l'Amicale l'Océan bleu El Mansouria, sis dans la province de Benslimane. Ce terrain, d'une superficie totale de 97 272 mètres carrés, est mis en vente avec une mise à prix fixée à plus de 84 millions de dirhams (MDH), apprend Le Desk de sources légales.


Ce foncier était destiné à accueillir un projet immobilier bénéficiant à un grand nombre d'adhérents. Initialement lancé en 2013, ce chantier a été interrompu suite à « un détournement de fonds » d'une valeur de 250 millions de dirhams (MDH) perpétré par le président de l'Amicale, Naoufal Ouarradi. En conséquence, plusieurs adhérents ont porté plainte à son encontre ainsi qu'à l'encontre du trésorier de la coopérative de logement pour des chefs d'accusation de « détournement » et d'« escroquerie », précisaient plusieurs sources médiatiques à l'époque.


Naoufal Ouarradi a été condamné à dix ans de prison ferme par le tribunal de première instance, mais il a été libéré sous caution pénale de 110 000 dirhams par la Chambre correctionnelle de la Cour d'appel. Le trésorier est toujours en fuite, selon les mêmes sources.


La libération de Naoufal Ouarradi a suscité l'indignation d'une partie des adhérents, qui ont souligné que la décision du juge «  manquait de fondement juridique  ». Suite à cette mobilisation des adhérents et de plusieurs associations des droits de l'Homme et de défense des consommateurs, le jugement en première instance a été confirmé par la Cour d'appel de Casablanca.


Le président de l’Amicale a été arrêté en pleine audience et placé en état d'arrestation. Les trois juges de la Cour d'appel de Casablanca, qui avaient accordé sa liberté provisoire, ont été suspendus de leurs fonctions.


En parallèle, une autre partie des adhérents de l'Amicale a lancé une pétition en soutien à Naoufal Ouarradi pour la réalisation du projet. Cette pétition, qui avait recueilli 500 signatures, demande la libération provisoire du président de l'Amicale.


Les initiateurs de la pétition dénoncent également « les actes de haine dirigés contre le président par certains adhérents  » et « les tentatives visant à saboter le projet et arrêter les travaux  ».

enoff - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par