logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En off

Energie
Xlinks en pourparlers avec Londres pour son méga-projet de câble électrique entre le Maroc et le Royaume-Uni

29.04.2022 à 15 H 33 • Mis à jour le 29.04.2022 à 15 H 33 • Temps de lecture : 2 minutes
Par Kenza Filali

Xlinks, l‘énergéticien britannique qui ambitionne de produire de l'énergie verte à Tan-Tan et l'exporter au Royaume-Uni, fait feu de tout bois auprès des autorités de Londres pour faire valoir son projet titanesque. Il mène ainsi depuis quelques semaines une intense campagne de communication dans les médias anglais.


Dernier acte pour la compagnie cofondée par l'ancien patron de Tesco Plc, Dave Lewis : elle a déclaré ce vendredi être en pourparlers avec le gouvernement britannique sur son projet d'importation d'électricité à partir de parcs solaires et éoliens au sud du Maroc.


S'il était réalisé, rappelle-t-on, le câble électrique sous-marin (le plus long du monde) qui devrait servir au transfert d’électricité serait en mesure de fournir 8 % de la demande d'électricité du pays directement à partir du Maroc. En utilisant diverses sources, y compris ce câble, le Royaume-Uni serait en mesure d'atteindre plus tôt son objectif de zéro émission nette, a déclaré Lewis dans un communiqué, notamment relayé par Bloomberg.


Le projet fournirait de l'énergie renouvelable à 7 millions de foyers à 48 livres (60 $) par mégawattheure. Cela se compare au prix de 92,50 livres pour le nouveau réacteur nucléaire du pays à Hinkley Point.


« Nous ne recherchons pas de financement gouvernemental pour aider au coût du projet qui présente une énorme opportunité, conformément aux engagements nets zéro du Royaume-Uni et avec un risque minimal », a déclaré pour sa part Simon Morrish, P-DG de Xlinks. S'il va de l'avant, le projet coûterait 16 milliards de livres, avec des travaux sur le câble commençant en 2025 et un achèvement prévu en 2029.


L'ancien P-DG de Tesco estime le coût de ce câble électrique à 22 milliards de dollars. Le Département britannique des affaires, de l'énergie et de la stratégie industrielle n'a pas été en mesure de commenter les pourparlers dans l'immédiat.


Xlinks avait obtenu de l’État marocain une promesse de sécurisation du foncier inscrite dans les documents annexes de la Loi de finances 2022. La superficie du foncier est comparable à la taille du Grand Londres, soit 150 000 hectares, comme nous le rapportions.


Fin mars, l'équipe de Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé notamment de l'Investissement, et chapeautant donc l'Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), avait mis en avant ce projet portant sur la connexion d'une centrale solaire de 10,5 H-GW implantée dans la région de Guelmim-Oued Noun au réseau électrique britannique à travers un câble sous-marin lors d’un road-show pour promouvoir le Maroc auprès des investisseurs anglais.


Dans la foulée, le fabricant de câbles anglais XLCC a annoncé avoir finalisé la conception du navire devant servir à poser les câbles sous-marins. Sa livraison est prévue pour début 2025, fait-on savoir.


L'équipe de Xlinks s'était appuyée sur la banque d'affaires Red Med Capital de Abdeslam Ababou, en plus d'avoir enrôlé Ian Davis, ex-patron de Rolls-Royce qui rejoint au conseil d'administration, l'ex-PDG des supermarchés Tesco, David John Lewis et Paddy Padmanathan, directeur général du Saoudien Acwa Power.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par