Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

CinémaDe Casablanca à Bruxelles, Jawad Rhalib célèbre l’insoumission

24.04.2016 à 17 H 15 • Mis à jour le 25.04.2016 à 09 H 46
Par
Le film « L’insoumise» du réalisateur Jawad Rhalib retrace l’histoire de Laïla, une jeune diplômée en informatique. En proie au chômage, elle décide de quitter le Maroc pour travailler en tant que saisonnière dans une exploitation agricole en Belgique.

« Je fais du cinéma du réel ». Face à l’écran noir du cinéma Lynx, c’est par ces mots que Jawad Rhalib – venu de Bruxelles pour l’occasion –  a présenté Insoumise, sa dernière fable sociale et politique. Portée de bout en bout par l’inattendue Sofiia Manousha, l’œuvre braque les projecteurs sur la condition précaire des travailleurs saisonniers qui assurent la production agricole estivale de nombreux pays d’Europe occidentale. Chronique, de Casablanca à Bruxelles, d’une jeunesse révoltée.

20 février : l’exutoire inachevé d’une jeunesse conscientisée

2011, au Maroc : Laïla et ses amis discutent stratégie politique à l’aube d’une nouvelle manifestation contre le régime. Les paroles d’Hoba Hoba Spirit rythment la cavalcade qui déjà se déplace dans la ville. Harcelés par les baltaguias du pouvoir sécuritaire, les manifestants tentent de s’enfuir tandis que les coups de trique pleuvent. L’héroïne campée par la berkania Sofiia Manousha doit répondre de ses actes dans le commissariat local, où on l’accuse de tenter de déstabiliser le pays. C’est déjà le tableau d’une jeunesse en proie à l’oppression érigée en système que dresse Jawad Rhalib.


L'actrice Soffia Manousha, l'insoumise du dernier long métrage de Jawad Rhalib. CELINE BLISS


Une violence policière systémique personnifiée dans la figure d’un officier de police cynique et brutal, incarné par l’excellent Malek Akhmiss, qui campait déjà Tarik, le héros travesti de l’iconoclaste The Sea is behind d’Hicham Lasri.


Incomprise, c’est en pays wallon que la jeune informaticienne décide alors de s’exiler, tant pour fuir une situation politique incertaine que pour trouver un emploi décent. Le contrat saisonnier qu’elle décroche dans une exploitation agricole conséquente promet des jours heureux au milieu des vergers. Mais la réalité s’annonce toute autre.


Malek Akhmiss est un acteur qui aligne plusieurs collaborations sur des productions nationales et internationales. C'est en participant à des projets de réalisateurs de renommée que sa carrière au cinéma a pris son envol. À commencer par Les jardins de Samira de Latif Lahlou (prix du meilleur scénario, Section Regards sur les cinémas du monde, au Festival des films du monde à Montréal), Rahma de Omar Chraibi. AFRICINE

Tombée dans les pommes

Entre dortoirs exigus et sanitaires insalubres, la vérité brute de la condition salariale contraste déjà avec la beauté des paysages capturés par la caméra de Rhalib. L’assurance maladie et le paiement des nombreuses heures supplémentaires ne sont plus que de douces chimères. Les contrats irréguliers, l’exploitation quotidienne, le harcèlement moral : autant d’aspects qu’éclaire cette fiction âprement réaliste, qui se refuse aux manichéismes faciles d’un certain cinéma social. Jawad Rhalib filme ainsi la détresse du propriétaire de l’exploitation, l’imposant André, belge à la barbe fournie.


Terrifié par la conjoncture internationale, le seigneur de la pomme incarne à lui seul les antagonismes d’un système économique fatalement voué à exacerber les conflits de classe.


Boulimique du genre, l'acteur Benoit Van Dorslaer écume les planches de manière polymorphe. Comédien, jouteur, doubleur, metteur en scène, professeur, il jongle avec passion avec ses multiples casquettes. COMPAGNIE DES HOMMES


Sous ses ordres, Thibaut gère le travail quotidien d’une vingtaine de damnés de la terre. Le riche personnage campé par Benjamin Ramon met en lumière la difficulté de cette position sociale intermédiaire, voué à n’être jamais ni parmi les puissants, ni parmi les humbles, mais à souvent jouer le jeu des premiers.

Quand les luttes convergent

Exténués par un travail qui les broient, Leïla et ses camarades décident alors de relever la tête et de faire valoir leurs droits. Le film de Rhalib, c’est le récit de prise de conscience et de cette nécessité d’organisation. Entre soutien juridique aux exploités, potentats économiques locaux et rôle de l’UE dans la politique agricole belge, Insoumise dépeint avant tout un conflit de classes férocement international. Face aux coups redoublés de la police marocaine et du capitalisme dérégulé, l’œuvre de Jawad Rhalib constitue un brûlot d’espoir politique brillamment orchestré.

Par
Le Desk Newsroom