Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

RapportIndice des prix de l’immobilier : le résidentiel trinque

17.08.2016 à 22 H 34 • Mis à jour le 17.08.2016 à 22 H 34
Par
L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) fait ressortir un essoufflement du secteur, principalement pour le résidentiel. En face, les ventes ne décollent pas notamment dans les grandes villes.

La banque centrale vient de livrer sa dernière note relative aux prix des actifs immobiliers (IPAI) au Maroc. C’est un rapport élaboré conjointement entre Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). Il se base sur les chiffres fournis par cette dernière et a pour principal objectif de dégager les tendances générales, au niveau national et par grande ville, des prix des biens immobiliers. Trois grandes catégories d’actif, en l’occurrence le résidentiel, le foncier et le commercial sont observées.


Le premier constat dégagé par le rapport est la stagnation des prix qui perdure depuis plus de deux trimestres. Dans l’ensemble, le rapport de la banque centrale fait ressortir un recul des prix de vente de 0,9 % en glissement annuel. Et c’est le résidentiel qui souffre le plus. Celui-ci n’arrive pas à retrouver une courbe ascendante depuis le deuxième trimestre de 2015


Une tendance baissière des prix

Cette rubrique a connu la baisse la plus prononcée, elle a atteint 1,1 % en ce deuxième trimestre, comparé à l’année précédente. Dans le détail, les prix des appartements, maintiennent une tendance baissière depuis plus d’une année et affichent un recul de 1 %. A coté, le prix des maisons individuelles, deuxième bien le plus prisé par les Marocains, chute de 2,4 %. Pour mieux illustrer cette situation, au niveau de Casablanca, les prix ont diminué de 2,3 %. Ceci est le résultat direct de la baisse de 3,6 % pour les appartements dans la même ville. Cette tendance est une bonne nouvelle pour les potentiels acquéreurs certes, mais le niveau des ventes n’accompagne pas à la hausse l’érosion des prix.


Sur ce dernier trimestre les transactions se sont inscrites, pour l’ensemble des actifs, en légère hausse de 1 % par rapport à un trimestre auparavant. Rien de rassurant. Car La situation se corse encore plus en comparaison du niveau des transactions avec la même période de l’an passé. Le nombre de ventes conclues en ce deuxième trimestre de 2016, est inférieur de 2 % comparé à la même période de 2015. Et c’est encore le résidentiel qui trinque. Le nombre de ventes conclues accuse une baisse de 1,2 % pour toutes les catégories de biens. À Rabat et pour ne prendre que cet exemple, les transactions portant sur les appartements ont reculé de 1 %. En gros, vu que les prix n’augmentent pas, les vendeurs préfèrent garder leurs biens.

Par @berradaelmehdi
Le Desk Newsroom