Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Régions« Mercredi noir » à Sidi Bibi, où la population s’est révoltée contre le caïd local

13.10.2016 à 21 H 38 • Mis à jour le 13.10.2016 à 21 H 38
Par
A Sidi Bibi, petite bourgade rurale de la région Chtouka Aït Baha, la population est sortie dans la rue hier pour en découdre avec les forces de l’ordre. En cause, la démolition d’une poignée d’habitations non autorisées, mais bâties avec le consentement des autorités avant les élections

La petite commune de Sidi Bibi, dans la région de Chtouka Ait Baha, a connu hier des heurts d’une rare violence entre la population les forces de l’ordre. En cause la décision de démolir une dizaine d’habitations non autorisées. La fureur des manifestants (des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux rendent compte des événements) vient du fait que ces constructions, très récentes, avaient été tolérées durant la campagne électorale. Selon des sources locales, plusieurs cas de blessés de part et d’autre ont été enregistrés, ainsi que nombre d’arrestations concernant dans certains cas des mineurs. Le siège de la commune a été saccagé par des jets de pierres et divers projectiles, première cause de blessures parmi les fonctionnaires.


Des affrontements ont éclaté dans les rues de la petite localité de Sidi Bibi causant des blessés dans les rangs des forces de l'ordre et de la population. RS


Une colère née de l’incompréhension

Les violences sont surtout le fait d’une incompréhension de la population envers les autorités ont permis la construction de ces habitations il y a quelques semaines avant de revenir les démolir aujourd’hui. Certains accusent aussi le caïd d’avoir ciblé certains et épargné d’autres.



Ajoutant à la confusion, par un communiqué diffusé au plus fort des affrontements, la commune réfute catégoriquement toute responsabilité dans l’incohérence de ces décisions.

Les violences ont eu pour déclencheur la décision des autorités locales de démolir des habitations illégales construites avant l'assentiment tacite du caïd, selon les sources locales. RS


Mohamed Bazzi, président de la commune et affilié du parti de l’Istiqlal, renvoie directement la responsabilité au représentant du ministère de l’Intérieur, qui, selon lui, a été « l’élément déclencheur de toute cette affaire ». D’un autre coté, les responsables communaux estiment que ces tensions sont le fait d’un « travail en sous-main d’opposants politiques déçus de ne pas contrôler les affaires de la cité ».


Aux dernières nouvelles, selon des sources locales, les forces de l’ordre ont totalement investi l’espace public de Sidi Bibi grâce à des renforts expédiés d’Agadir.

Par @berradaelmehdi
Le Desk Newsroom