Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

CommémorationHommage royal à Latifa Ibn Ziaten, mère d’une victime de Mohamed Merah

11.03.2017 à 15 H 16 • Mis à jour le 11.03.2017 à 15 H 18
Par La rédaction
Le roi a adressé un message de soutien à l’occasion de la commémoration, samedi à M’Diq, du cinquième anniversaire du décès de Imad Ibn Ziaten, victime d’un acte terroriste perpétré en 2012 à Toulouse

Le roi Mohammed VI a appelé « l’ensemble des forces éprises de paix et de tolérance à endiguer la propagation des idées extrémistes, exprimant son rejet de la surenchère sur l’islam », rapporte la MAP.


« Nous demandons à toutes les consciences vives et les forces éprises de paix, de vie et de tolérance, d’endiguer la propagation des idées extrémistes et obscurantistes. Nous refusons la surenchère sur l’islam et appelons à la tempérance pour contrecarrer les chantres de l’excommunication, de la violence et du terrorisme », a dit le souverain dans un message à l’occasion de la commémoration, samedi à M’Diq, du cinquième anniversaire du décès de Imad Ibn Ziaten, victime d’un acte terroriste perpétré en 2012 à Toulouse, dont lecture a été donnée par le conseiller du roi Omar Azziman.



Le souverain a, dans ce contexte, formé le souhait que « les acteurs de la société civile remplissent le rôle qui leur incombe à l’égard des jeunes : les encadrer et leur faire prendre conscience des périls liés à l’extrémisme et au repli sur soi ».


Faire obstacle à la propagande jihadiste

Aux acteurs de la société civile appartient également de faire obstacle à ceux qui déforment l’Islam : « les terroristes ainsi que ceux qui se servent des actions terroristes pour créer une campagne de dénigrement à l’égard de l’Islam et des musulmans », a souligné le roi.


« Nous savons ce que les musulmans en général, et les Marocains en particulier, endurent dans les pays occidentaux, en raison de l’amalgame injuste et inacceptable, qui est fait entre Islam et terrorisme. Et Nous n’ignorons pas comment certains créent cette confusion, tantôt par ignorance, tantôt de propos délibéré et avec l’intention de nuire. Aussi, le meilleur moyen de contrer ces idées extrémistes, et, en même temps, de défendre la tolérance de l’Islam et son innocence, c’est de montrer notre attachement indéfectible à ses valeurs sublimes, aux traditions marocaines authentiques qui appellent à l’amour, à la fraternité et à la coexistence entre les peuples et les religions », a encore relevé le souverain.


Hommage au Maroc… 

Mohammed VI a tenu à rendre un hommage particulier à Latifa Ibn Ziaten, mère de feu Imad Ibn Ziaten, saluant l’action qu’elle mène, à travers l’association qu’elle a créée pour la promotion de la culture de la paix, de la tolérance et du vivre-ensemble.



Le souverain lui a également rendu hommage pour « la réaction sage et pondérée qu’elle eut en cette affligeante épreuve ». « En effet, au lieu de succomber au désespoir et de céder à des pulsions de colère et de haine, Mme Latifa Ibn Ziaten a prouvé qu’elle était un exemple vivant de patience, de maîtrise de soi et de tolérance », a dit le roi.



« Avec une volonté inébranlable et une remarquable lucidité, elle a envoyé un message de paix  elle a ainsi montré aux apologistes du terrorisme qu’ils n’auront pas raison de nous, qu’ils ne viendront pas à bout de notre ferme détermination à vivre ensemble dans la paix », a souligné le roi affirmant saluer en elle « une Marocaine, fière de sa patrie, attachée à ses symboles sacrés, puisque qu’elle a choisi de faire inhumer son regretté fils dans la terre de ses ancêtres ». « Nous apprécions également comment, citoyenne responsable, elle s’est intégrée à la société française, respectant ses valeurs et ses lois », a relevé le souverain.


…La France n’a pas oublié

Pour conclure, « le souverain n’a pas manqué d’exprimer à Latifa Ibn Ziaten, à son association, et, à travers elle, à toutes les structures associatives du Maroc et de l’étranger, sa considération pour les efforts louables et les initiatives constructives menées afin de sensibiliser et d’éduquer les jeunes aux valeurs de tolérance, d’ouverture et d’acceptation de l’Autre  », a indiqué la MAP.



« Le roi lui-même s’est assuré que nous soyons soutenus dans notre démarche », a déclaré à Jeune Afrique, Ilyasse Ibn Ziaten, frère de Imad, militaire français tué par le terroriste Mohammed Merah le 11 mars 2012 et membre de l’association Imad pour la jeunesse et pour la paix, que préside Latifa Ibn Ziaten, leur mère, franco-marocaine.


Imad Ibn Ziaten, sous-officier dans l’armée française, d’origine marocaine, avait été enterré à M’diq, au nord du royaume. « Nous n’avions pas de nouvelles des autorités françaises concernant un hommage pour la cinquième année du décès de Imad » a poursuivit Ilyasse Ibn Ziaten à Jeune Afrique, visiblement étonné de cette « absence », ajoute le magazine panafricain édité à Paris. Et d’assurer : « Dès que nous avons manifesté notre intention de nous rassembler au Maroc, le roi et les autorités nous ont assuré de tout leur soutien. »



La famille Ibn Ziaten était réunie aujourd’hui à M’diq, pour cette cérémonie officielle. « Ce sont les Marocains qui prennent notre déplacement en charge » a précisé ainsi Ilyasse Ibn Ziaten à Jeune Afrique, reconnaissant de ce soutien des institutions marocaines.


L’association Imad pour la jeunesse et pour la paix, qui a reçu le soutien de personnalités connues comme celui de l’humoriste Jamel Debbouze, ambitionne « de prévenir les dérives sectaires et extrémistes » selon ses propres termes. Il arrive que des projets et des voyages soient organisés au Maroc dans ce cadre. « Mais pour ce qui est de ce week-end, il s’agit vraiment purement d’un hommage à un jeune homme, pas tant d’une action pédagogique » a insisté Ilyasse Ibn Ziaten à Jeune Afrique.

Par La rédaction
Le Desk Newsroom