Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

UA-UELe Tchadien Mahamat convaincu par le Palais ?

04.11.2017 à 04 H 58 • Mis à jour le 04.11.2017 à 05 H 05
Par
Le sommet UA-UE prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan, était au centre des discussions entre le roi, son conseiller Fouad Ali El Himma, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, et le président de la Commission de l'Union africaine, flanqué de son conseiller stratégique principal Mohamed Hassan Labate. Moussa Faki Mahamat, connu pour son tropisme envers le Polisario, aurait ainsi reconsidéré l'invitation qu'il a adressée à la "RASD"

Le roi Mohammed VI a reçu, vendredi au Palais Royal de Rabat, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine, a annoncé sans plus de détail un communiqué du Cabinet Royal, qui a souligné que « les prochaines échéances continentales ont (…) été à l’ordre du jour de cet entretien ».


En clair, le sommet UA-UE prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan, était au centre des discussions entre le roi, son conseiller Fouad Ali El Himma, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, et Mahamat, flanqué de son conseiller stratégique principal Mohamed Hassan Labate.


Le président de la Commission de l’UA, réputé pour ses positions favorables à Alger et par ricochet au Polisario, devrait rester deux jours au Maroc.


Lire aussi : Les dessous de l’imbroglio autour de la participation de la « RASD » au sommet d’Abidjan


Selon des sources diplomatiques proches de l’UA, le point d’achoppement relatif à la participation de la « RASD », Etat membre de l’Union selon les dispositions en vigueur de l’organisation panafricaine « a été dépassé ».


Si le Conseil exécutif de l’UA avait confié à Mahamat à la mi-octobre, dans un contexte de tension, la mission délicate de mener des consultations avec les parties en conflit pour parvenir à un accord avant le 27 octobre, celui-ci avait fait montre d’un tropisme favorable au Polisario.


Le Maroc entend bien entendu exclure le Polisario de ce sommet hautement symbolique que doit accueillir la Côte d’Ivoire. Le pays hôte, allié inconditionnel de Rabat, avait fait savoir de manière officieuse, qu’il refusait sur son sol une entité qu’il ne reconnait pas et n’a donc pas invité la « RASD ».


Pour sa part, Mahamat avait pris les devants de convier une délégation du Polisario sur la base d’une note verbale qu’il avait interprété à minima.


La visite éclair de Moussa Faki Mahamat au Maroc qui n’était pas prévue dans son agenda est perçue comme un signe de ralliement aux thèses du Maroc. « Le Palais n’aurait pas pris un risque inconsidéré à communiquer sur cette rencontre à ce niveau sans assurance préalable », estime la même source.

Par
Le Desk Newsroom